Il y a quarante ans, la naissance de Maradona

le
0
Il y a quarante ans, la naissance de Maradona
Il y a quarante ans, la naissance de Maradona

Le 20 octobre 1976, lors d'un match entre Argentinos Juniors et Talleres de Córdoba, le Pibe entre en jeu et change l'histoire du foot.

Quinze ans, onze mois et vingt jours. Autant dire que le gamin dont tout le monde parle est, certes, incroyable balle aux pieds, mais, surtout, il ressemble vraiment à un bébé. Il est encore bien loin de la bedaine, des cheveux blancs et des cernes d'insomniaque. À ce moment-là, il a encore les cheveux longs, vigoureux, le teint frais et l'énergie d'un puceau. "Il", c'est Diego Maradona. Et pour Ruben Giacobetti, connu pour être l'homme qui a eu l'honneur de céder sa place au Pibe, c'est certain, faire jouer Diego aussi jeune, c'était risqué : "Il avait déjà montré en jeunes qu'il était vraiment différent, qu'il était à part, qu'il était un phénomène, situe-t-il dans les colonnes du Mundo Deportivo. Mais tout le monde sait également que ce n'est pas facile pour un garçon de quinze ans de commencer sa carrière par un match en Première Division." Et pourtant, Juan Carlos Montes, entraîneur d'Argentinos Juniors de l'époque, va tenter le coup.

Steak, purée et agent immobilier


Dans son autobiographie, Yo soy el Diego de la gente (Je suis le Diego du peuple en VF), le Pibe revient longuement sur ce premier match, déterminant à ses yeux : "Je m'entraînais alors avec l'équipe une et, le mardi, l'entraîneur vient me voir et me dit :
- Demain, tu seras sur le banc.
- Hein ?
Les mots ne me venaient pas. Du coup, je lui ai répété des trucs du genre :
- Quoi ? Comment ?
Et lui m'a répété :
- Demain, tu seras sur le banc. Et prépare-toi bien, parce que tu vas même entrer sur le terrain.
Et puis, j'ai compris. Après l'entraînement, mon cœur battait tellement fort que j'ai fini par courir raconter ça à mes parents. Mais aussi à tout Fiorito (son quartier, ndlr) ! Avant le match, j'ai mangé avec ma famille et l'entraîneur. Un steak et de la purée, classique. Et puis, on est allés au stade, incognito, entre les supporters. Ils ne nous reconnaissaient pas encore. Bon, il faut dire que la plupart d'entre eux était de Córdoba. (...) Durant les vingt-sept premières minutes, on jouait plutôt mal et puis on…









Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant