Il y a huit ans, Platini devenait président de l'UEFA

le
0
Il y a huit ans, Platini devenait président de l'UEFA
Il y a huit ans, Platini devenait président de l'UEFA

En janvier 2007, Platini devenait président de l'UEFA avec la bénédiction de Sepp Blatter. Comme quoi, beaucoup de choses peuvent changer en huit ans.

"Je suis ému. Énormément ému. Mais je suis heureux. Quand j'étais footballeur, quand on avait une grande victoire, on recevait une coupe. Et puis, avec ses amis, on faisait le tour du terrain. Aujourd'hui, c'est une grande victoire pour moi. Mais je ne ferai pas le tour du terrain, car tout va commencer." Nous sommes le 26 janvier 2007 à Düsseldorf. Après de longs mois à faire campagne, Michel Platini remporte l'une de ses plus plus belles victoires. Une victoire qu'il célèbre d'un discours on ne peut plus simple. À l'image de sa campagne. Humaniste et romantique : "Il faisait toujours très attention à ce qu'il voulait dire et à la manière dont il voulait le dire, confie Jean-Louis Valentin, son directeur de campagne. Il voulait faire un discours simple, qui correspondait à sa personnalité. Ça a marqué." Aujourd'hui, on semble bien loin de tout ça. En seulement huit ans, les choses se sont bien compliquées pour cet homme qui, paradoxalement, voulait avant tout rendre au football sa simplicité.

Platini, une chute en dix étapes

"Il ne venait jamais à Nyon, il préférait pêcher"


Tout a commencé fin 2005. Membre du comité exécutif de la FIFA et de l'UEFA, Michel Platini a besoin d'un nouveau challenge selon Jean-Louis Valentin : "Cette élection représentait un saut. Un saut dans l'inconnu parce qu'il avait pas mal à perdre." Surtout concernant sa réputation. C'est là où Michel joue gros. La défaite n'est donc pas envisageable. Et c'est pourquoi il s'entoure de deux énarques spécialistes de ce genre d'élections. Jean-Louis Valentin donc, ancien du cabinet de Jean-Louis Debré quand il était président de l'Assemblée nationale. Et Jacques Lambert, président de la FFF. Il y a donc le challenge, mais aussi la volonté de bouger les lignes. Quand il parle de son concurrent, Lennart Johansson, président de l'UEFA depuis 17 ans, au Monde, Michel y va franco : "Il ne venait jamais à Nyon, il préférait pêcher. Et puis d'autres, qui n'avaient pas son courage, l'ont poussé à se représenter." Sachant que l'inertie est sa hantise, Michel n'a aucune envie de se retenir. Et il organise une campagne en trois points.

</br></br></br></br></br><br><p><a target="_blank" rel="canonical" class="lienExterne" href="http://www.sofoot.com/il-y-a-huit-ans-platini-devenait-president-de-l-uefa-216139.html">Lire la suite de l'article sur SoFoot.com</a></p>
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant