Il y a dix-sept ans, le Front national éclatait...

le
2
Il y a dix-sept ans, le Front national éclatait...
Il y a dix-sept ans, le Front national éclatait...

Les divisions internes qui tournent à la scission ou à l'éclatement sont caractéristiques des mouvements d'extrême droite. Le Front national ne fait pas exception et, fin 1998, la guerre ouverte entre Jean-Marie Le Pen et son numéro deux d'alors, Bruno Mégret, avait coûté très cher au parti.

A l'époque, deux stratégies s'opposent déjà. Le Pen pense qu'il peut profiter d'une explosion sociale, que le système va s'effondrer. En attendant, il se satisfait de son rôle de tribun et joue volontiers les provocateurs. Mégret, lui, souhaite mettre le parti en position d'arriver au pouvoir. Cela passe par la dédiabolisation du FN, sa professionnalisation et une implantation locale. Des principes que fera fructifier, bien plus tard, Marine Le Pen.

Mais pour Mégret, cela passe aussi par des accords électoraux. En juin 1997, dans un entretien au « Monde », le délégué général du FN propose à l'UDF et au RPR d'instaurer une « discipline nationale de respect mutuel ». Un premier pas vers cette union des droites dont il rêve. « On ne s'allie pas avec des forces en décomposition, on en ramasse les débris », réplique Le Pen. Lors de la campagne des législatives, le vieux chef, venu soutenir sa fille Marie-Caroline à Mantes-la-Jolie, est pris à partie par des manifestants et il plaque la candidate socialiste contre un mur. Cela va lui valoir une condamnation à deux ans d'inéligibilité.

En décembre 1997, lors d'un déplacement à Munich pour le lancement d'une biographie que lui a consacré l'ancien Waffen SS Franz Schönhuber, Le Pen répète que les chambres à gaz sont un « détail » de la Seconde Guerre mondiale. De quoi plomber la campagne du FN pour les régionales de 1998. Au sein du parti, la tension monte entre lepénistes et mégrétistes. La préparation des européennes de 1999 va mettre le feu aux poudres. Le Pen décide de présenter sa femme Jany comme tête de liste si son inéligibilité pour les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2766070 le vendredi 10 avr 2015 à 11:24

    M278 tout les pieds noirs te diront quand ils ont été viré du Ma gret .. (canard) ma.greb : on vous colonisera avec le ventre de nos femmes,.....c est fait !!!

  • M2784728 le vendredi 10 avr 2015 à 10:55

    Réjouissez-vous, braves citoyens irresponsables, le rempart contre l'esclavage musulman s'effondre !!