Il y a dix ans, Zlatan mettait son premier triplé…

le
0
Il y a dix ans, Zlatan mettait son premier triplé…
Il y a dix ans, Zlatan mettait son premier triplé…

Le 17 avril 2005, une jeune armoire suédoise terrorise la défense de Lecce. Si la Juve l'emporte 5 -2, double le Milan au classement et file vers le Scudetto ce jour-là, c'est grâce à lui. Il y a dix ans jour pour jour, le monde apprenait à connaître Zlatan.

La nuque longue. Les joues imberbes. Le teint frais. Zlatan a 23 ans quand il pénètre sur la pelouse du Stadio delle Alpi, le 17 avril 2005. Pourtant, il avance déjà la tête levée, le buste droit, les bras collés au corps. L'assurance et l'aplomb de la trentaine. À ses côtés, Buffon, Cannavaro, Camoranesi, Nedvěd ou encore Del Piero ont la mine bien plus fermée. Et ils ont de quoi : c'est la 31e journée de Serie A et la Juve est toujours deuxième à la différence de buts. Le Milan d'Ancelotti n'a pas l'air de vouloir laisser tomber des points en chemin. Ça va être dur. Mais Zlatan, de son côté, ne s'inquiète pas, fidèle à lui-même, il cache un petit sourire dans le coin de ses lèvres. Il prépare quelque chose
"Vous avez la qualité de Marco van Basten"
L'été 2004 marque un tournant dans la carrière du Z. L'Ajax n'est plus capable de contenir son talent. La Vieille Dame se rue sur l'occasion. Elle lui ouvre ses portes et le signe pour 16 millions d'euros. Zlatan a encore l'âge de faire des stages, alors il fait de la langue de bois quand il débarque à Turin : "Je suis impatient de débuter en Italie. Le plus beau et le plus difficile des championnats. Je suis heureux, même si quitter Amsterdam a été très dur". Très vite, Fabio Capello, son nouvel entraîneur, lui donne carte blanche : "Il possède un talent naturel phénoménal. Un jour, je l'ai appelé et je lui ai dit : "Vous avez la qualité d'un Marco van Basten, le potentiel pour être aussi fort que lui. Je vais vous montrer comment il faisait"".

Malgré le poids de son transfert, son jeune âge, l'attente des supporters et la confiance excessive de son coach, Zlatan ne mettra pas longtemps à rentabiliser tout ça. Trois buts pour ses quatre premiers matchs et une réputation de casse-couilles pour les défenses adverses. Il s'impose dans un 4–4–2 ultra défensif. Il empile les pions comme un boulimique les boîtes d'Oreo. Trezeguet, trop souvent blessé, est relégué sur le banc. Arrive le 9 avril, la 30e journée et le déplacement à Florence. Le jour où Zlatan a mis son premier doublé avec la Juventus face à la Viola. Mais ça, c'est encore une autre histoire Ce jour-là, il permet surtout à la Vieille Dame de gratter le point du match nul (3–3) et de rester au contact du Milan. Une semaine avant ce fameux 17 avril, donc, Zlatan fait le plein de confiance et se sent prêt à…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant