Il y a café et café à Hawaï

le
0

(Commodesk) Les petits producteurs de café hawaïen mettent en garde les consommateurs contre un risque de dégradation de la qualité du produit exporté.

Une nouvelle règlementation a mis fin aux contrôles préalables de qualité, destinés à lutter contre la contrefaçon. Les contrôles s'appliquaient au transport de café pour une torréfaction hors zone de production, pratiqué par les gros producteurs. Ils sont remplacés par des inspections surprises.

Les autorités expliquent que les contrôles systématiques ne permettaient pas de vérifier l'origine des cerises de café, les torréfacteurs ne vérifiant pas les certificats. Les transformateurs favorables à la simplification disent qu'ils n'ont pas de temps à perdre avec les procédures.

Le contrôle préalable avait été instauré il y a 15 ans, après la découverte d'un trafic de café sud-américain, remballé sous étiquette hawaïenne, celle du café d'origine de Kona.

Les petits planteurs de Kona, qui torréfient leurs cerises de café sur place, sont attachés à la certification publique. En effet, elle justifie le fait qu'ils vendent leur café de premier choix (la variété Peaberry) par Internet jusqu'à 30 euros la livre. Si la certification officielle disparait, ils envisagent de créer un label privé.

Globalement, l'exportation de café depuis Hawaï représente 28,7 millions d'euros par an, d'après le Département américain de l'agriculture.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant