Il y a 55 ans... l'ancêtre d'Airbnb était dans le Figaro

le , mis à jour le
0

RÉTRO IMMO - Dans ses colonnes du 8 octobre 1959, Le Figaro évoque le lancement d’une Bourse d’échanges de logements destinée à favoriser la mobilité des locataires et propriétaires.

A l’aube des années 60, préhistoire de l’ère numérique, Internet et Airbnb sont encore bien loin. Et pourtant, le besoin de mobilité est bien présent dans une France en reconstruction. C’est pourquoi le ministère de la Construction pose à ce moment-là les bases d’une Bourse d’échanges de logements. A en croire l’article du Figaro du 8 octobre 1959 (reproduit ci-dessous), ce service implanté au cœur de la capitale (dans l’annexe de la préfecture de la Seine, ancêtre de la préfecture de Paris) aura un rayonnement national et concernera aussi bien des locataires que des propriétaires.

L’intérêt de cette Bourse, c’est qu’au-delà des échanges directs entre deux personnes, elle peut proposer des échanges entre trois ou quatre partenaires et dispose également de logements sociaux en stock à proposer pour des échanges. Et pour mettre de l’huile dans les rouages, les pouvoirs publics proposent même que l’une des parties à l’échange puisse financer le déménagement et la réinstallation de l’autre.

Selon l’auteur de l’article, le ministre de la Construction de l’époque, Pierre Sudreau, se prend à rêver en voulant «favoriser le départ en province de personnes âgées occupant un logement trop vaste et maintenant trop coûteux ainsi que leur installation éventuelle dans des pavillons confortables, à la campagne».

Déjà, les pouvoirs publics raffolaient des sigles et acronymes, n’hésitant pas à y glisser une touche d’humour. C’est ainsi que Le Figaro évoque la création du CREPI: le Comité pour la Restauration et l’Entretien de la Propriété Immobilière, destiné comme il se doit à soutenir financièrement les propriétaires obligés de ravaler les façades de leurs immeubles.

Et aujourd’hui?

Lancée officiellement en 1960, la Bourse d’échanges de logements perdurera jusqu’au 1er avril 1975. Exclusivement réservé aux logements sociaux, ce système existe toujours notamment en Haute-Savoie pour déménager au sein du département, et de manière plus locale encore au sein de la ville de Montreuil-sous-Bois.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant