Il y a 34 ans, Le Figaro redoutait un encadrement des loyers

le
2

RÉTRO IMMO - Très rapidement après l'arrivée au pouvoir des socialiste en 1981, le blocage des loyers privés est envisagés. Il sera rendu finalement effectif en août 1982 avec l'application de la loi Quillot.

En septembre 2001, François Mitterrand avait tout juste bouclé son premier trimestre en tant que président de la République et envisageait déjà de mettre en place un encadrement des loyers. Dans son édition du 18 septembre 1981, LeFigaro relaie des rumeurs de mesures de rétorsions qui pourraient frapper les propriétaires coupables de pratiquer des hausses abusives de loyer. Ces derniers seraient obligés de baisser les tarifs en dessous d'un certain seuil ou s'exposeraient même à des sanctions financières.

Des informations démenties par le gouvernement à l'époque puisqu'il fait dire à la journaliste auteur de l'article: «il n'a jamais été question de mesures de rétorsion ni de taxation des loyers». Il n'empêche, le quotidien rappelle que le gouvernement travaille bien sur un projet de loi visant à rééquilibrer les rapports entre propriétaires et locataires. Officiellement, les autorités n'avaient pas «a priori» l'intention de supprimer la liberté des loyers mais le feraient si on les y contraignaient par des hausses anormales.

Des hausses «légèrement abusives»

En ce mois de septembre 1981, il s'agit donc d'évaluer précisément les hausses de loyers. Si certaines sources évoquent «des hausses qui pourraient dépasser 20 %», Le Figaro arrive à des conclusions bien différentes. «Environ 20 % des locataires connaissent des hausses supérieures aux 10,72 % de l'indice Insee, précise la journaliste Laurence Chavane. Et parmi eux, «la majorité de ces locataires subissent des hausses de 12 à 20 % qualifiées de «légèrement abusives».

C'est finalement à partir de 1982 que ces mesures d'encadrement des loyers deviendront effectives. La loi Quillot prévoyait que si des circonstances économiques graves l'exigeaient, un taux maximum d'évolution des loyers pourrait être fixé. Et dès la fin 1982, un décret prévoit des majorations maximum pour tous les logements répartis en quatre secteurs. Une mesure qui ne tarderait pas à s'accompagner d'un effondrement des mises en chantiers de logements locatifs libres.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3052456 le dimanche 22 mar 2015 à 18:47

    "En septembre 2001, François Mitterrand avait tout juste bouclé ..." : vous recopiez même les énormités !

  • chiche21 le samedi 21 mar 2015 à 09:22

    Les socialistes ont toujours été et seront toujours une catastrophe pour le France. Ils favorisent le public au détriment du privé et deviennent liberticide !