Il y a 30 ans, Margaret Thatcher brisait les grèves abusives

le
13
Margareth Thatcher le 11 juin 1984.
Margareth Thatcher le 11 juin 1984.

Dans les années 1970, le Royaume-Uni est "l'homme malade de l'Europe". La patrie du libre-échange est devenue "la citadelle de l'étatisme et le parangon du nivellement par le milieu" (Raymond Las Vergnas). Ministre de l'Éducation du gouvernement conservateur d'Edward Heath, Margaret Thatcher assiste, impuissante, à une multitude de grèves de dockers, d'électriciens, de postiers, puis à une grève nationale des mineurs en janvier 1972 qui dure sept semaines et se termine par la démission du Premier ministre, qui cède à toutes les exigences des grévistes. Un jeune et remuant syndicaliste d'extrême gauche, Arthur Scargill, a mis au point un système nouveau de piquets de grève mobiles, très agressifs, les "flying pickets", d'une efficacité redoutable et qui avaient une double particularité : les grévistes étaient payés par le syndicat pendant leurs "missions" et ils étaient choisis parmi les plus brutaux des adhérents. Scargill : "Dans une guerre de classe, vous devez utiliser toutes les armes à votre disposition." En 1974, nouvelle grève générale des mineurs. Ils sont les ouvriers les mieux payés du royaume, mais ils veulent encore plus, "toujours plus", comme l'écrivait François de Closets. La livre sterling s'effondre face au dollar. Le pays est mis sous tutelle du FMI, comme une vulgaire Grèce. "Les dirigeants syndicaux sont devenus les arbitres de l'économie britannique", selon Pierre-François Gouiffès, qui a écrit le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2473957 le jeudi 3 juil 2014 à 22:28

    Ça me rappelle une chanson de Renaud... Elle aurait aussi pu être considérée comme terroriste ou fanatique... Ce genre de personne na rien apporté de bon... Hormis enrichir les plus riches qui navaient besoin de rien mais qui veulent toujours plus...

  • frede331 le jeudi 3 juil 2014 à 17:28

    "le socialisme s'arrete la ou s'arrete l'argent des autres" (M. Thatcher) Tellement vrai

  • M7817796 le jeudi 3 juil 2014 à 17:23

    Le R.U n'aiment pas payer ceux qui bossent dur. Il préfère les rentiers et les spéculateurs. Ce pays de la honte et des colonies n'est qu'un chancre à la surface de la planète.

  • j.ray1 le jeudi 3 juil 2014 à 16:31

    Ce qui nous faut en France c'est un vrais pouvoir Communiste à la Chinoise. Plus de 35h, plus de grèves, un seule Syndicat, le business roi, un seul parti au pouvoir, pas de "dialogue social", etc... une vrais politique de gauche.

  • je.valle le jeudi 3 juil 2014 à 16:24

    Spartaku : Et les cocos ? Tu as compté leurs morts ? entre Staline , Mao et les autres on doit approcher les 100 millions tout ça pour imposer une idéologie dantesque !

  • jackie le jeudi 3 juil 2014 à 16:19

    à peine 7% de syndiqués, et ils font la loi? tout le monde dehors, refaisons la France, avec des convictions, des gens qui bossent pour leur pays, et non pour leur place ou l'argent tout cuit,remettons nous au travail,

  • M8252219 le jeudi 3 juil 2014 à 16:13

    Nous ne sommes pas rendu assez bas pour que la majorité des français rejettent la CGT et SUD fossoyeurs de l'économie français. Ils tiennent la sncf- edf et les ports et le transport maritime depuis 1947

  • Berg690 le jeudi 3 juil 2014 à 16:12

    "les vrais travailleurs " ah!le kon!

  • M4328752 le jeudi 3 juil 2014 à 16:11

    En dictature, il n'y a plus de grèves, c'est tout simplement interdit !

  • Spartaku le jeudi 3 juil 2014 à 16:06

    Le même sourire et regard diabolique que la LEPEN ! Quand aux grèves que vous dites "abusives" FACE à un capitalisme impitoyable , elles deviennent nécessairement légitimes ... Thatcher doit rendre des comptes envers les morts qu'elle a provoqué avec sa politique folle .. Si le monde en est là aujourd'hui c'est grâce à elle et à Reagan , deux fous au pouvoir !