Il y a 25 ans, au bon vieux temps de la Game Boy

le
0
Il y a 25 ans, au bon vieux temps de la Game Boy
Il y a 25 ans, au bon vieux temps de la Game Boy

Il y a 25 ans, le 21 avril 1989, sortait dans le commerce la première console de jeu vidéo de poche à cartouche interchangeable, la Game Boy du japonais Nintendo, une merveille pour les gamins qui ne connaissaient pas encore le smartphone.Lorsqu'en ce printemps 1989, en pleine période délirante de bulle financière et immobilière, la Game Boy fut lancée au Japon, les jeunes Nippons étaient déjà des férus de jeux sur TV grâce à Nintendo et à sa console de salon "Famicom" arrivée dans les foyers en 1983. A Tiananmen, les étudiants protestaient, à Berlin le mur tombait, à Tokyo on s'amusait.Pouvoir trimbaler leur nouvel amusement high-tech favori était le rêve des mômes d'alors. La firme de Kyoto fut la première à le réaliser, tout comme Sony fut le premier à mettre un lecteur de musique dans la poche des adultes dix ans auparavant.La Game Boy, vendue 8.000 yens à l'époque (56 euros actuels), c'est "35 heures de jeu dans la poche avec quatre piles bâtons", clamait la publicité."Les enfants étaient tellement contents de pouvoir jouer dans le train entre la sortie de l'école et les obligatoires cours privés du soir", se souviennent des parents, du moins ceux qui étaient d'accord."Moi, je n'y ai pas eu droit, mon père ne voulait pas. A la place il m'offrait des mangas et je l'en remercie presque", sourit Taku Nishimura, aujourd'hui dessinateur de... mangas.Il avait quand même pu toucher aux petits jeux électroniques très simples, appelés Game & Watch, que proposait auparavant Nintendo. Mais il était impossible d'en changer le contenu.La Game Boy changeait tout: "c'était révolutionnaire: on pouvait jouer partout, un vrai bonheur quand on voyageait avec les parents", se souvient Jesus Mera, un Espagnol de passage dans une boutiques de jeux de Tokyo."Si Nintendo a devancé les autres sur ce terrain, c'est que la firme appartenait, et depuis des décennies, à l'univers du jeu ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant