Il y a 124 ans... Le Figaro vantait le charme «rustique» du Touquet

le
2

RÉTRO IMMO - En ce début d’été 1892, Le Figaro conseille chaudement une récente station balnéaire: Le Touquet-Paris plage. Il est vrai que l’idée de créer ce lieu de villégiature émane d’un ex-patron du journal...

À l’approche de l’été 1892, Le Figaro distille ses bons conseils pour une tendance qui touche depuis peu un public élargi: le séjour balnéaire. «Allez-vous à la mer pour exhiber les domestiques ou pour réconforter les enfants?», s’interroge l’auteur de cet article paru le 6 juin. Pour ceux qui optent pour la deuxième possibilité, qui n’ont pas l’intention «de faire sauter les banques au casino» et dont les épouses n’ont pas pour objectif de «faire quatre toilettes par jour, dont une toilette de bal», le journaliste recommande vivement une station encore peu connue.

Pour tous ceux qui veulent «la mer pour la mer», il suffit de prendre «un billet pour Le Touquet, autrement dit Paris-Plage, vous descendez du train à Etaples, et, quatre heures après avoir quitté Paris, vous êtes arrivés.» L’atout du lieu? Il allie les joies de la mer à celle de la forêt puisque la station est bordée d’une pinède de 800 hectares. «Point n’est besoin d’être grand clerc pour deviner que c’est là un séjour éminemment hygiénique par le bon ménage que font, d’un bout à l’autre de la saison, l’air maritime et l’air résineux.»

L’«Arcachon du Nord»

Il convient cependant de rajouter que Le Touquet n’est pas vraiment étranger au Figaro de l’époque. L’idée de créer une station balnéaire à cet endroit émane en effet d’Hippolyte de Villemessant qui n’est autre qu’un ex-patron et repreneur du journal. Convié par son ami Jean-Baptiste Daloz à une partie de chasse dans son domaine du Touquet en 1874, c’est lui qui lui suggère d’en faire une station balnéaire et de lui donner le nom de «Paris-Plage». C’est lui aussi qui s’enthousiasme pour la beauté des lieux les qualifiant d’«Arcachon du Nord», un terme longtemps repris dans les publicités de la station.

Et depuis sa création, la station a déjà bien poussé au pied de la pinède. «Cette forêt elle est unique, elle suffirait à justifier les progrès qui se sont accomplis depuis dix ans, à son ombre maternelle, écrit le quotidien. Les cent cinquante habitations du Touquet sont ses filles; au début, elles étaient de bois, mais les enfants s’émancipent! Ce sont aujourd’hui des cottages de briques fort joliment tournés en style normand ou flamand par la main de M. Guillemin, l’ingénieux architecte parisien.»

Un casino dès 1897

Preuve de l’engouement du public: une cinquantaine de nouveaux cottages sont sortis de terre cette année-là et par ailleurs: «cinq hôtels sont ouverts à ceux qui préfèrent la vie commune». Si pour l’instant, il est encore temps de profiter «des grâces toutes rustiques de Paris-Plage», l’auteur craint que le «jour viendra, sans doute, où les propriétaires de la forêt du Touquet, las de résister aux sollicitations dont ils sont assaillis, permettront la construction d’un casino». Il arrivera effectivement dès 1897.

En attendant, dans un vibrant plaidoyer de pur Parisien, le journaliste souligne: «Le Touquet offre toutes les ressources qu’on est en droit d’attendre d’une station qui a mérité le surnom de Paris-Plage. Si le Marché ne peut pas rivaliser avec les Halles Centrales, la Chapelle avec Notre-Dame, la poste et le télégraphe avec les bureaux de la rue J.-J. Rousseau, la nature, la seule nature vous en console.»

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • calippe3 il y a 5 mois

    enfin du coté mer ce n'est pas sensationnel plutôt vieux et le parking pas top peu d'arbres ou de fleurs le rue principale c'est bof ....il n'y a de bien que le quartier des belles maisons .....

  • grinchu1 il y a 5 mois

    Dalloz ne pouvait le recevoir au Touquet car c'est lui qui l'a créé, par 2 fois, bien APRES ...!!!