Il y a 110 ans... San Francisco était ravagée par un tremblement de terre

le
0

RÉTRO IMMO - En 1906, Le Figaro relate dans ses colonnes le dramatique tremblement de terre de San Francisco. Les premiers bilans évoquent 1000 morts et des milliers de maisons effondrées.

Dans son édition du 19 avril 1906, Le Figaro consacre un grand article à la catastrophe qui touche l’ouest des États-Unis. «Après le mont Pelé, qui s’est réveillé au début de l’année, et la terrible éruption du Vésuve, après les deux tremblements de terre de l’Amérique centrale et de Formose, dont le dernier remonte seulement à quelques jours, voici le tour de la côte du Pacifique des États-Unis, écrit le quotidien. San Francisco et Sacramento, en Californie, ont été dévastées hier matin par un tremblement de terre.»

Très rapidement, la catastrophe apparaît d’une ampleur majeure. «L’administration des postes reçoit de Los Angeles une information disant que le tremblement de terre de San Francisco a duré trois minutes, qu’un millier de personnes ont péri et que plusieurs milliers de maisons se sont effondrées ou ont été endommagées, peut-on lire. Une autre dépêche de San Francisco dit que la ville est virtuellement détruite.»

Une catastrophe survenue de nuit

Reprenant plusieurs dépêches, Le Figaro tente de préciser l’étendue des dégâts et des pertes humaines. «Le tremblement de terre a coupé les canalisations de gaz et d’eau. L’incendie gagne du terrain le long de Market Street. L’hôtel de ville, qui a coûté 7 millions de dollars, est en ruines. Les bâtiments modernes ont moins souffert que ceux faits en briques et en charpentes.»

Circonstance aggravante, la catastrophe est survenue de nuit. «La terreur et l’émotion sont indescriptibles, précise Le Figaro. La plupart des habitants de la ville étaient endormis au moment de la secousse de tremblement de terre. Ils se sont précipités dans les rues, en chemise. On a vu des édifices trembler, vaciller et tomber avec grand fracas. Dans beaucoup de cas, les habitants ont été ensevelis sous les décombres.»

Et après les ravages du tremblement de terre, viennent ceux des incendies et des pillards. «De grands dégâts ont été causés par le feu, depuis le bâtiment du Post Office jusqu’au quai qui fait face à la mer, et aussi à l’est et au sud du bâtiment du Post Office. Comme l’eau manque, on fait sauter les maisons afin d’arrêter la marche des flammes.» Comme l’explique le journal: «Toutes les conduites de gaz avaient sauté, et des explosions allumaient des incendies sur différents points de la ville, incendies qui se propageaient avec une rapidité d’autant plus foudroyante que les conduites d’eau étaient également rompues et que l’on ne pouvait combattre le fléau.»

Exécution des pillards

«Tous les cafés sont fermés. Les banques sont également fermées, précise le quotidien. Des détachements de la milice font des patrouilles dans les rues. Elles ont reçu l’ordre de faire feu sur toute personne surprise en train de piller les ruines.» À mesure que le bilan s’alourdit, la fin de l’article souligne: «On annonce maintenant que le chiffre des morts atteindra plusieurs milliers. Quant aux pertes matérielles on les évalue à 200 millions de dollars, soit un milliard de francs.»

Au final, le bilan réel généralement accepté serait d’au moins 3000 morts. Entre 225.000 et 300.000 personnes se retrouvèrent sans toit sur environ 400 000 habitants, dans une ville détruite à 80%. Le séisme provoqua une prise de conscience du danger sismique en Californie et la recherche en la matière progressa grandement.

Film amateur d’époque (Prelinger Archives)

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant