Il y a 10 ans... l'OM gagnait la Coupe Intertoto avec panache

le
0

Obligé de marquer trois buts pour se qualifier à la mi-temps, l'OM tape finalement 5-1 le Deportivo La Corogne pour une des plus belles pages de son histoire récente.

Tout supporter marseillais qui se respecte visionne la vidéo dramatique de ce match au moins une fois par mois. Sous sa couette après chaque défaite un peu amère, paquet de chips posé sur le lit, BO de Requiem for a dream dans les oreilles. Même si le débat créé ce jour-là entre supporters de l'OM et opposants n'a toujours pas de conclusion aujourd'hui. Faut-il considérer la Coupe Intertoto comme un vrai trophée ? Les détracteurs du club marseillais n'ont pas fini de se moquer des Phocéens, un poil trop euphoriques ce soir-là, avec un Robert Louis-Dreyfus, milliardaire de son état, qui danse en claquettes avec ses joueurs pour la remise du trophée. Après tout, dès la saison suivante, l'UEFA changea la formule de ces tours préliminaires d'été, avant de les supprimer définitivement. Preuve que bon... Mais l'OM a quand même écrit une très belle page de son histoire cet soir-là. Peut-être le plus beau fait d'armes des années Pape Diouf. Et un trophée qui a peut-être plus de valeur qu'une Coupe de la Ligue qui s'attrape en quatre matchs et un tableau protégé, puisque là, il a fallu sortir les Young Boys de Berne, une Lazio qui finira sur le podium de la Serie A en fin de saison. Et donc le Deportivo La Corogne.

Ribéry perd ses nerfs


Au moment de se rendre au Vélodrome, l'équipe de La Corogne n'a pas beaucoup changé depuis sa demi-finale de Ligue des champions contre Porto, 15 mois auparavant. Le stoppeur que toute l'Europe s'arrache, Jorge Andrade, est là, tout comme Luque, Duscher, Tristan, Scaloni, Valerón... À l'aller, Jean Fernandez, qui démarre son championnat dans la zone rouge, a tenté de relancer Koji Nakata dans l'axe. Grosse erreur, l'OM revient d'Espagne avec un 2-0 dans les dents. Un score dur à remonter en Coupe d'Europe. Mais le Vélodrome est quasi plein : la plupart des places avaient de toute façon été vendues avant le match aller. Le scénario parfait est dans toutes les têtes : un but en première période, un but en seconde, et hop, la décision dans la prolongation. Et puis, La Corogne vient avec un nouveau maillot, aussi moche que celui qu'ils avaient étrenné quand ils s'étaient pris un 8-3 à Monaco. Alors...

Ça démarre plutôt bien avec un but de Ribéry à la 7e minute. Dans une combinaison déjà bien huilée, Taïwo frappe fort un coup franc sur le goal, et la recrue de Galatasaray suit. Mais Andrade égalise sur un cafouillage dans la surface dans la minute. Le script…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant