"Il ne voulait pas que l'on parle français !"

le
3
"Il ne voulait pas que l'on parle français !"
"Il ne voulait pas que l'on parle français !"

Des cartons jaunes pour avoir parlé français ? C'est l'affaire de la semaine en Belgique où un arbitre est accusé d'avoir obligé des jeunes de -15 ans à s'exprimer uniquement en néerlandais sous peine d'être sanctionné... Récit.

Dimanche 22 février, aux alentours de 11h30. Vincenzo sort du terrain avec ses copains et le sourire : son club de la Rhodienne vient de s'imposer 0-7 au BOKA United. Mais ce sourire a quand même un goût amer. Ces jeunes U15 viennent ainsi de participer à un match pour le moins étrange au cours duquel deux des leurs ont reçu des cartons jaunes à l'origine incertaine. En effet, il semblerait bien que les gamins de Rhode-Saint-Genèse aient été sanctionnés par l'arbitre pour avoir parlé la langue de Molière. Tout commence au moment où le délégué des Brabançons tente de discuter avec l'homme en noir avant la rencontre. "Il m'a ensuite dit que l'arbitre n'avait pas voulu lui parler en français, explique Vincenzo. Là, je me dit "Ouille", je trouvais ça bizarre, c'est pas vraiment normal qu'on ne puisse pas parler notre langue." Interpellé, le jeune joueur ne dit pourtant rien à ses coéquipiers, mais la surprise générale intervient quelques minutes plus tard quand les joueurs défilent près de l'arbitre pour la vérification des crampons et des identités. "À ce moment-là, notre gardien lui dit "Bonjour, ref", reprend Vincenzo. Ce dernier lui a répondu : "On ne peut pas parler français. Wij zijn in Vlaanderen dus we praten Nederlands." ("On est en Flandre, donc on parle néerlandais, ndlr.")"
"Voor wie, ref ?"
La réaction des jeunes est évidente : "Moi, j'étais par terre presque, j'étais en pleurs", sourit Vincenzo. "Sur le coup, un enfant nous crie, en français : "Il ne veut pas qu'on parle français !", explique Pierre, papa présent le long des rambardes. Mais là, sur le coup, l'arbitre n'a pas réagi, sa consigne s'appliquait vraisemblablement pour le match." La rencontre ne débute donc pas sous les meilleurs auspices, et les joueurs expliquent qu'ils vont rapidement déchanter au contact de l'homme en noir. "Comme d'habitude quand il y a une sortie qu'on ne sait pas attribuer facilement, je demande "C'est pour qui, ref ?", lance Vincenzo. Mais là, je vois qu'il commence à me regarder de travers, donc j'enchaîne directement en néerlandais : "Ho sorry, voor wie, ref ?"" Sur le banc, même les membres du club adverse, entièrement néerlandophones, sont ébahis, mais pas tellement surpris. En effet, la veille, ils ont contacté un père de la Rhodienne pour...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Fraise41 le jeudi 5 mar 2015 à 21:46

    la consolation pour les wallons c'est que les hollandais n'aiment pas les flamands et n'en veulent pas .

  • bordo le mercredi 4 mar 2015 à 15:42

    C'est vrai, raf07, mais dans les communes à facilités, il y a parfois des fous furieux et le racisme anti-wallon des extrémistes flamands est difficile à supporter.

  • Raf07Ard le mardi 3 mar 2015 à 22:28

    Les relations difficiles entre néerlandophones et francophones en Belgique ne sont pas nouvelles et on trouvera toujours des cas pour les illustrer. Cela dit de nombreux Belges parlent très bien les deux langues. Il suffit de faire un tour au Salon de l'Auto de Bruxelles pour se rendre compte de la facilité déconcertante avec laquelle les vendeurs passent d'une langue à l'autre ... C'est ça qu'il faut peut-être un peu mettre en avant !