Il ne manque plus qu'un grand Pogba

le
0
Il ne manque plus qu'un grand Pogba
Il ne manque plus qu'un grand Pogba

FRANCE 4

BULGARIE 1

 

Toujours pas. Paul Pogba n'y arrive toujours pas. L'homme le plus cher du monde court encore ce matin après un match abouti sous le maillot tricolore. On a beau chercher, cela commence d'ailleurs à faire une éternité que la classe extraordinaire de l'enfant de Roissy-en-Brie (Seine-et-Marne) n'a pas éclaboussé un match international. Les observateurs les plus avertis se souviendront peut-être d'une prestation hors norme de sa part face à l'Espagne au Stade de France (défaite des Bleus, 0-1). C'était lors de sa deuxième sélection, en mars 2013 et ce spectacle inédit fait de dribbles étonnants, d'accélérations sidérantes et de passes lumineuses s'était achevé par une expulsion de l'ex-Turinois à la 78e minute. Pogba venait d'avoir 20 ans, il découvrait les Bleus et la France venait juste de faire sa connaissance.

 

Trois ans et demi plus tard, c'est un sentiment nouveau qui commence à affleurer lorsqu'on suit son évolution en sélection. Ce n'est pas encore de la déception mais cela ressemble à de l'impatience. Bien sûr, chaque amorce d'action contient la promesse d'une étincelle. Mais pour l'efficacité, il faut repasser. « Paul a besoin d'un peu d'affection de la part des journalistes, rétorque Griezmann. A chaque match, on est un peu trop sur son dos. Lui, pourtant, essaie de toujours faire de son mieux et de tout donner. Nous, on attend juste qu'il fasse jouer l'équipe et qu'il soit la plaque tournante. Pas qu'il marque des buts de 50 m. »

 

Hier, on jurerait pourtant qu'il visait la simplicité, le jeu à une ou deux touches de balle, rarement plus. Hélas, la précision l'a trop souvent abandonné pour peser vraiment. Comme un symbole de son impuissance, Pogba tentait une frappe du gauche d'une trentaine de mètres (27 e) qui partait en direction des tribunes. Un échec.

 

Pour compenser ses ratés à répétition, le protégé de Mourinho à Manchester United se ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant