« Il n'y aura pas de folies sur le marché en L 1 »

le
0
« Il n'y aura pas de folies sur le marché en L 1 »
« Il n'y aura pas de folies sur le marché en L 1 »

À moins d'un mois de la clôture du mercato, la Ligue 1 est un marché atone où seul le PSG continue de faire flamber les prix. Pour le reste, la tendance aux départs se poursuit avec l'exode des meilleurs attaquants (Ibrahimovic, Batshuayi, Ben Yedder, Dembelé...). Agent d'Olivier Giroud et de Jérémy Toulalan entre autres, Michael Manuello livre sa vision du marché hexagonal.

 

Quel bilan peut-on déjà tirer du mercato de la L 1 ?

MICHAEL MANUELLO. Toujours le même. Nous sommes des super-formateurs et des bons vendeurs depuis très longtemps, c'est ce qui fait l'équilibre des clubs. Nos meilleurs éléments partent, mais de plus en plus tôt. Un joueur comme Sehrou Guirassy (NDLR : 20 ans) qui part de Lille à Cologne sans passer par la case L 1 (seulement 8 matchs avec le Losc), c'est un peu dommage. Il aurait mérité que des clubs lui donnent sa chance. Seul Lyon conserve ses joueurs. Les Espagnols, grâce à leurs droits télé, sont de nouveau capables de faire des transferts entre 5 et 10 M€. Les Allemands aussi. Mais en France, quasiment aucun club n'y arrive à part Paris bien sûr, et peut-être Monaco ou Lyon. Cela démontre notre problème de ressources économiques.

 

La L 1 est-elle condamnée à récupérer d'ex-internationaux en situation d'échec à l'étranger comme Ménez ou Gomis ?

Il n'y a pas qu'en France que cela arrive. Quand un international s'expatrie et est en difficulté, c'est souvent un club de son championnat d'origine qui le contacte. Tous les clubs de L 1 regardent la situation des joueurs français en manque de temps de jeu. Beaucoup se sont renseignés sur Loïc Rémy par exemple.

 

La Premier League constitue-t-elle un miroir aux alouettes ?

En Premier League, il faut être performant à chaque rencontre et à chaque minute. C'est un engagement mental auquel on n'est pas habitué en France où on est plutôt dans la gestion du match. Gomis, par exemple, avait fait de très bons ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant