«Il n'y a pas de risque à investir dans les entreprises»

le
0
INTERVIEW - Michel Cicurel président de la Compagnie financière Edmond de Rothschild, estiment que dans le contexte actuel, les entreprises non financières et les économies émergentes sont voies de salut.

LE FIGARO. - Les places boursières vont-elles mettre fin à leur chute?

Michel CICUREL. -Les marchés vont rester très volatils et propices à des spéculations absurdes, comme mercredi, qui restera «la journée des dupes». Ils retrouveront une franche direction positive, ce qui est certain, lorsqu'ils auront compris qu'il ne s'agit pas d'un accident mais d'une nouvelle donne mondiale, une triple métamorphose. La première est la poussée des économies émergentes, qui bouleverse le modèle des pays développés fondé sur l'endettement du «consommateur roi» et de son État-providence! L'un comme l'autre doivent accepter à la fois un niveau de vie contraignant pour l'avenir et le règlement des factures d'un passé de cigale. Les États des deux rives de l'Atlantique doivent se soumettre à une «règle d'or» d'équilibre des finances publiques, arrêtée unanimement par l'ensemble du monde politique.

Quelles sont les deux autres crises?

Précisément, celle des finances

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant