«Il n'y a pas de ministres faibles», répond Valls à Hollande

le
5
«Il n'y a pas de ministres faibles», répond Valls à Hollande
«Il n'y a pas de ministres faibles», répond Valls à Hollande

Le «tandem solide» affiché par le couple exécutif depuis les attentats de janvier, n'empêche pas parfois quelques dissensions. «Il n'y a pas de ministres faibles» dans son gouvernement a assuré jeudi Manuel Valls en déplacement en Pologne, contrairement à ce qu'a affirmé François Hollande dans un entretien à l'hebdomadaire Challenges publié ce même jour.

«Je peux vous le dire avec la plus grande tranquillité : il n'y a aucun ministre faible, il y a des ministres et des secrétaires d'État engagés, qui travaillent bien, dans un gouvernement qui est respecté je crois par les Français» a déclaré le Premier ministre, lors d'une conférence de presse avec son homologue polonaise à Varsovie. Il y a «des ministres expérimentés, de jeunes talents, il y a des ministres populaires dans ce gouvernement», a-t-il souligné. 

«Heureux d'être à la tête d'un gouvernement fort»

Et d'insister : «Je suis heureux d'être à la tête d'un gouvernement fort avec des ministres qui travaillent bien et qui sont déterminés. Et je ne doute pas un seul instant que le Président de la République partage cet avis». 

Or, dans les colonnes du magasine Challenges, le président de la République vantant «l'énergie précieuse de Valls, son sens de l'animation» regrettait «qu'un Premier ministre fort s'accompagne de trop de ministres faibles».

«Des modifications à la marge»

Quant à un éventuel remaniement envisagé par l'exécutif après les départementales dont le premier tour a lieu dans 10 jours, «il pourrait y avoir des modifications à la marge, des apports, nous souhaitons élargir la majorité à condition qu'on respecte cette cohésion et cette cohérence» a déclaré Manuel Valls.

Dans l'entretien à Challenges paru jeudi, François Hollande annonce qu'il n'y aura «pas de changement, ni de ligne ni de Premier ministre» en cas de défaite du PS lors des élections de fin mars, mais il n'exclut pas de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • danielk6 le vendredi 13 mar 2015 à 09:56

    Fort à la tête avec un président nul et incompétent.,Nous avons élu un président « hors sol » réputé « habile, froid et cynique » qui n’a jamais exercé la moindre profession, ni fait le moindre stage en entreprise. Son patrimoine n’est qu’une accumulation de SCI en vue d’une « optimisation fiscale »,Il reste dans son fantasme d’un pays qu’il n’aime pas, et les citoyens sont en train de lui rendre son compliment.

  • danielk6 le vendredi 13 mar 2015 à 09:52

    Vous avez raison FRK987 ,boursorama égal SG ,

  • frk987 le jeudi 12 mar 2015 à 18:59

    La censure a fait son boulot de soutien au PS, vive Boursorama, s'ils pensent accrocher des clients qui par définition sont des capitalistes dans l'âme, les dirigeants de cette boutique ont vraiment tout compris.

  • pichou59 le jeudi 12 mar 2015 à 17:53

    pitoyable!!!

  • g.dupuy le jeudi 12 mar 2015 à 17:44

    Ils sont nuls ,bons à rien