« Il n'est plus dans la théâtralisation excessive »

le , mis à jour à 06:33
0
« Il n'est plus dans la théâtralisation excessive »
« Il n'est plus dans la théâtralisation excessive »

Trois médailles d'or olympiques sur 100 m, trois attitudes. Moins exubérant avant sa course à Rio qu'à l'accoutumée, Usain Bolt a modifié ses rituels d'avant-course. Stephen Bunard, comportementaliste reconnu et auteur de « Leur gestes disent tout haut ce qu'ils pensent tout bas », publié aux Editions First, a accepté de décrypter l'attitude du Jamaïquain avant ses trois finales olympiques.

Pékin 2008

« Bolt a cette pression de celui qui veut devenir un champion et entrer dans l'histoire. Ce qui est intéressant, c'est sa gestuelle au niveau de son doigt. En se désignant ainsi (NDLR : Bolt se montre du doigt devant la caméra), il donne l'impression de posséder la connaissance. C'est une forme de message pour dire : Je suis en pleine possession de mes moyens. Ce n'est pas un hasard si, après la course, il lance sa célèbre gestuelle où il désigne le ciel avec ses deux doigts. C'est une forme de lien avec le divin signifiant qu'il appartient à un autre monde. »

Londres 2012

« Là, il est dans une forme de rituel et de construction intérieure. Il montre à tout le monde sa construction mentale et dévoile son intimité. En fait, il se visualise déjà vainqueur. Ce qui renforce ses chances de l'emporter. Même si ses adversaires ont aussi des codes, lui est presque dans une sorte de magie. Il démontre sa dominance. Il en a besoin car, aux Mondiaux de 2011, il avait été éliminé pour faux départ. »

Rio 2016

« Cette fois, il est dans la sobriété et n'a aucune attitude consciemment arrogante. Bolt n'est plus dans la théâtralisation excessive car il n'a plus besoin de cela pour gagner. Sa maturité se voit dans son rapport au public. Son temps de petite danse est très court, comme un passage obligé pour faire plaisir aux autres. Mais il est au-dessus de cela. Juste avant le départ, il met son index sur la bouche et s'intime l'ordre de se taire. La concentration doit l'emporter sur le besoin de faire le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant