"Il me fallait de l'espace, vu que je frappais comme un buffle"

le
0
"Il me fallait de l'espace, vu que je frappais comme un buffle"
"Il me fallait de l'espace, vu que je frappais comme un buffle"

Humoriste d'origine russe, Schoumsky n'est pas un grand connaisseur de foot. Pourtant, il a pas mal de choses à raconter sur un sport qu'il pratiquait dans la cour de récré. Une interview pleine de nostalgie. Et de tirs dans les parties.

Gamin, tu jouais au foot ? Oui, comme tout le monde. Mais je jouais surtout à viser les couilles. J'ai eu une croissance tardive, j'étais le plus petit sur le terrain, donc sujet à moquerie, car comme on le sait tous, en meute, les ados sont globalement intellectuellement proches d'une pelle. Du coup, par pure vengeance, mon but était de tirer comme un bourrin des boulets de canon droit dans les roupettes. Quand ils étaient pliés en deux par la douleur, ils étaient enfin à ma taille. Malin, non ? Mais du coup, tout le monde flippait même quand je faisais une passe. Vu que j'aimais bien les ambiances coups et blessures, on m'a vite fait bifurquer sur le rugby. De toute façon, il y a trop de sérieux pour moi dans le foot, même quand t'as dix piges, on te parle vraiment comme si tu étais un futur grand. Et je ne suis pas fan du fait d'être traité comme un poulain ou un cheval de compète, on devient bête à manger du foin, le principal devrait quand même rester l'amusement.

Tu as un souvenir précis de ta carrière de footballeur de cour de récré ? Une fois, j'ai mis un but en pleine lucarne sur une reprise de volée depuis le milieu de terrain ! Le tir de l'espace. J'ai été une star pendant 48h à l'école. Puis, quelques jours plus tard, j'ai marqué contre mon camp... Et là, j'ai soudainement perdu tous mes nouveaux amis. L'école de la vie, putain.

Tu avais un bon niveau ? Globalement, je crois qu'on avait tous un bon gros niveau de merde. En ce qui me concerne, j'étais extrêmement moyen. Ça allait à peu près, dans le sens où je n'étais pas le boulet qu'on prenait en dernier dans la cour de récré, mais je ne brillais pas plus que ça. Je n'étais pas non plus celui qui faisait les équipes, quoi (rires).

Tu te souviens du plus nul de la récré ? Oui, il était gros. Les enfants n'aiment pas les gros, ils les traitent de gros. Original, hein ? Comme je te l'ai dit, à cet âge-là, le pue englue les terminaisons nerveuses et inhibe l'imagination. Le pauvre gros courait sans jamais toucher le ballon, la vérité c'est que personne ne lui passait. Au final, on ne saura jamais s'il était vraiment nul, en revanche je peux certifier que tous les autres étaient vraiment cons.

[DIV…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant