«Il faut savoir varier les rythmes de vie»

le
0
INTERVIEW - Répondre aux mails, boucler plusieurs dossiers, préparer le repas , surveiller les enfants... Les adeptes du «tout, tout de suite» sont au bord de l'implosion. Le philosophe, Pascal Chabot se penche sur la question.

Pascal Chabot, philosophe, enseignant à l'Ihecs (Institut des hautes études des communications sociales) de Bruxelles, vient de publier Global Burn-Out (PUF).

LE FIGARO.- Dans votre livre, vous étudiez le burn-out dans sa dimension philosophique. Cette «maladie de civilisation», comme vous la définissez, a-t-elle toujours à voir avec le temps?

Pascal CHABOT.-Bien sûr, ce syndrome d'épuisement entretient forcément des liens avec la gestion qu'ont les individus de leur temps. D'ailleurs, en réalité, il n'est rien, dans toutes nos activités humaines - que nous dormions, mangions ou rêvions - qui ne concerne notre rapport au temps. Actuellement, c'est dans le domaine du travail que ce...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant