Il faut sauver notre cousin le gorille

le , mis à jour à 08:47
0
Il faut sauver notre cousin le gorille
Il faut sauver notre cousin le gorille

C'est notre parent le plus proche sur la planète et nous sommes en train de le perdre. « Un vrai scandale », réagit John Robinson, l'un des responsables de la conservation des animaux de l'organisation américaine Wildlife Conservation Society. L'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) vient de faire passer le plus grand primate vivant, le gorille de l'Est (Gorilla beringei) qui vit principalement en République démocratique du Congo, de la catégorie « en danger » à « en danger critique d'extinction ».

 

La liste a été rendue publique dimanche alors que se tenait le congrès mondial de la nature de l'UICN à Honolulu (Etats-Unis). Il s'agit de la dernière catégorie avant l'extinction à l'état sauvage. Quatre espèces de grands singes sur six sont à un pas de la disparition : en plus du gorille de l'Est, le gorille de l'Ouest, l'orang-outan de Bornéo et l'orang-outan de Sumatra. En vingt ans, le gorille de l'Est a vu sa population réduite de plus de 70 %. Elle est actuellement estimée à moins de 5 000 individus.

 

Pour Sabrina Krief, maître de conférences au musée de l'Homme, la situation globale se détériore. « Les quatre espèces sont très dépendantes des forêts tropicales, la déforestation et la perte de l'habitat sont donc les premières menaces avec le braconnage. En République démocratique du Congo, il y a beaucoup d'exploitations de minerais. Les employés qui sont basés sur les campements se nourrissent principalement de viande de brousse, donc de gorille », même si ces espèces sont protégées et qu'il est illégal de les tuer ou de les capturer. Selon la primatologue, qui travaille en Ouganda au sein du parc national de Kibale, l'une des raisons de l'extinction des espèces est aussi les conflits armés.

 

La situation des chimpanzés à peine plus enviable

 

« Ce sont des zones où nous n'envoyons plus d'ONG ni de chercheurs. On ne peut donc plus veiller sur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant