Il faut sauver le ver de terre !

le , mis à jour à 09:14
2
Il faut sauver le ver de terre !
Il faut sauver le ver de terre !

C'est une offensive de grande ampleur. 350 associations, dont 32 françaises, rassemblées dans People4soil, lancent aujourd'hui une initiative citoyenne européenne. Leur objectif, dévoilé en exclusivité dans nos colonnes : que les 28 Etats de l'Union européenne votent une directive de protection des sols. Pour forcer la main de l'Union, il faudra que cette pétition atteigne 1 million de signatures dans sept pays différents. Or « le meilleur indicateur de la qualité de nos terrains comme leurs meilleurs réparateurs sont les vers de terre ! » explique Solène Demonet de France Nature Environnement.

 

En France, on estime qu'il y a 264 vers par mètre carré qui passent leur temps à enrichir la terre en ingérant les matières organiques et en les digérant avant de les recracher. « L'inquiétant, c'est surtout qu'il y a environ quatre fois moins de vers qu'il y a quarante ans dans les grandes cultures à cause de l'action de l'homme », souligne Daniel Cluzeau, géodrilologue c'est-à-dire spécialiste des vers de terre à l'université Rennes-I. C'est bien le signe que nos sols sont dégradés : les champs intoxiqués au nitrate, les anciens sites industriels infestés de métaux lourds et le territoire national de plus en plus recouvert de goudron. Mais « plus qu'un signe, l'absence de vers, décimés par à la fois l'utilisation massive de pesticides et l'utilisation d'engins de labours lourds, accélère aussi l'agonie des terres », explique Lydia Bourguignon, fondatrice du Laboratoire d'analyse microbiologique des sols (Lams). En effet, le sol appauvri en matériaux biologiques et moins aéré par les galeries des petits invertébrés ne retient plus l'eau et risque de créer des effondrements de terrain. Enfin, la terre est surtout de moins en moins fertile.

 

 

 

 

« Il y a plus qu'urgence à agir pour conserver les sols comme on protège l'eau ou l'air, confirme Lydia Bourguignon. On a déjà ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 il y a 4 mois

    Déception, je pensais qu'on parlerait de Flanby.

  • ANOSRA il y a 4 mois

    Si on avait interdit le Round up depuis longtemps, nos vers ne seraient pas en danger! Ségolène ne sait même pas le lien entre ce poison et la nature, puisqu'il faudra encore attendre 2017 pour ne plus le voir, en attendant que Bayer qui a racheté Monsanto sorte un autre poison !!!