Il faut sauver le canal du Midi

le
2
VIDÉO - Atteints d'un mal incurable, les platanes du canal du Midi sont condamnés à être abattus. L'ouvrage, inscrit au patrimoine de l'humanité, en sera défiguré. À l'occasion des premières replantations à Trèbes, jeudi, Nathalie Kosciusko-Morizet fait appel au mécénat.

L'embarcation progresse paisiblement sur l'onde, tel un phaéton sur une allée bordée de platanes. A peine trouble-t-elle, de son sillon, l'image majestueuse de ces arbres centenaires que reflètent les eaux du canal du Midi. En cette fin d'été, alors que la campagne alentour est écrasée sous le soleil, la voûte mordorée offre aux bateliers une parenthèse ombragée. C'est ainsi que de Toulouse à Sète, les bateaux voguent en toute quiétude. Jusqu'alors. Car en aval de Castelnaudary, une brèche de lumière vient inonder le corridor feutré. Une trentaine d'arbres manquent à l'appel. Il n'en reste que les bases coupées à quelques dizaines de centimètres du sol. Un choc. Et la préfiguration du drame qui frappera demain cette voie de traverse, trait d'union entre Garonne et Méditerranée. Un champignon dévastateur, Ceratocystis platani, débarqué en Provence en 1945, niché dans le bois de platane des caisses de munitions de l'armée américaine, menace ces vénérables

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • vouscost le dimanche 20 nov 2011 à 08:20

    La région Languedoc Roussillon avait l'argent pour entretenir le canal du midi ,mais il a été mis ailleurs dans des travaux inutiles et ses contribuables le savent bien .

  • vouscost le dimanche 20 nov 2011 à 08:17

    L'état devrait mettre son nez dans la gestion du Languedoc-Roussillon par les élus locaux qui sont d'une légèreté incroyable avec l'utilisation des fonds publics versés par les contribuables locaux ; quand on voit le nombre de carrefours à l'anglaise et la réfection des routes départementales et nationales qui sont la plus part en excellente état mais malgré tout refaites régulièrement par toujours les mêmes entreprises ; tout cet argent gaspillé qui se chiffre en millions .