« Il faut sauver la démocratie en Turquie »

le
0
Manifestation  de soutien après l'arrestation de trois défenseurs de la liberté de la presse devant  la prison de   Metris à  Istanbul le 24 juin 2016.
Manifestation  de soutien après l'arrestation de trois défenseurs de la liberté de la presse devant  la prison de   Metris à  Istanbul le 24 juin 2016.

Dans une tribune, plusieurs magistrats français et Robert Badinter, ancien garde des sceaux, appellent les Européens à faire cesser les arrestations de leurs confrères turcs ordonnées par M. Erdogan, le président du pays.

Par Robert Badinter, Virginie Duval, Clarisse Taron, Christophe Régnard et Simone Gaboriau

Qu’on ne s’y trompe pas : la purge de l’institution judiciaire, de la fonction publique et des médias par le président Recep Tayyip Erdogan n’est pas une réponse à la tentative de coup d’Etat. Il ne s’agit pas de sauvegarder l’Etat de droit, comme on a pu le dire au lendemain du 15 juillet 2016. La lame de fond autoritaire qui sape les fondements des institutions depuis 2013 traduit la volonté du président turc de museler toute opposition. Les récentes révocations en cascade et les arrestations arbitraires s’inscrivent dans la dynamique de neutralisation des contre-pouvoirs à l’œuvre depuis plusieurs années.

Printemps 2013 : l’invalidation judiciaire du projet d’urbanisation du parc Gezi, à Istanbul, provoque la crispation des autorités politiques et conduit au remplacement de certains des juges, qui ont rendu la décision controversée. La même année, en décembre, la révélation d’affaires de corruption impliquant le parti au pouvoir sur fond de contrebande d’armes vers la Syrie justifie opportunément mutations d’office, suspensions, révocations de plus de 40 000 policiers, fonctionnaires et magistrats. Certains d’entre eux seront même placés en détention provisoire.

Octobre 2014 : le pouvoir exécutif décide cette fois de s’assurer de l’allégeance des membres du Haut Conseil des juges et procureurs turcs, l’équivalent de notre Conseil supérieur de la magistrature, compétent pour les no...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant