Il faut réconcilier les Français avec leur économie

le
0
DÉCRYPTAGE - Louis Gallois rend ce lundi les conclusions de son rapport sur la compétitivité de la France.

L'Hexagone a trouvé son hexamètre: com-pé-ti-ti-vi-té. Nous n'avons plus que ce mot de six syllabes à la bouche. Difficile à prononcer, on en devine le sens plus qu'on le comprend. L'allemand est plus direct, qui parle de «la capacité à faire face à la concurrence» (Wettbewerbsfähigkeit) C'est une veille obsession, un trait culturel même en Allemagne, qui a toujours fondé sa prospérité sur l'exportation. Pas en France hélas.

Notre tentation naturelle est de nous protéger. L'empire colonial a longtemps joué ce rôle fallacieux. Lorsqu'il est arrivé au pouvoir en 1958, ce qui a coïncidé avec le traité de Rome et l'ouverture à l'Europe, le général de Gaulle avait su identifier le défi: il avait créé le comité Rueff-Armand avec pour mission «la suppression des obstacles (structurels) à l'expansion économique».

Un demi-siècle plus tard, le rapport...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant