" Il faut que je me trouve d'autres objectifs "

le
0
" Il faut que je me trouve d'autres objectifs "
" Il faut que je me trouve d'autres objectifs "

Tessa Worley, comment allez-vous depuis votre chute à Val d'Isère et quelles sont les étapes à venir ? Après ma chute, j'ai tout de suite été voir les médecins de la Fédération. J'ai été rapidement prise en charge. J'ai aussi vu très vite le chirurgien qui va m'opérer. Nous avons fixé une date pour une opération. Ce sera le 2 janvier car mon genou a subi un choc, il faut qu'il récupère et qu'il dégonfle un petit peu. Le fait d'attendre quelques jours avant de me faire opérer va me permettre de commencer ma rééducation et d'arriver entre guillemets « forte » pour l'opération. Tout de suite après j'attaque une bonne période de rééducation dans un centre à Hauteville. Vous avez reçu beaucoup de marques de soutien. Quelle est celle qui vous a le plus touchée? La plus inattendue ? C'est difficile de choisir. J'ai vraiment eu un nombre incroyable de messages. Ça m'a fait énormément plaisir et je pense que ça m'a vraiment aidé à passer le cap et à digérer la blessure, à passer à autre chose. Tout ça m'a redonné énormément de motivation pour prouver à tous ces gens que, comme ils le disent, je vais revenir plus forte. Ma station, le Grand-Bornand, a créé un petit groupe de soutien sur Internet et j'ai été effarée de voir le nombre de personnes qui ont adhéré à ce groupe, j'ai été étonnée par tous les messages envoyés ! Le jour où je me suis blessée, j'ai également reçu un message de soutien de la part d'une skieuse étrangère (ndlr : Marlies Schild) qui avait gagné la course. Je pense qu'elle avait bien d'autres choses à penser ce jour-là, pas forcément à moi et ma blessure. Ça fait plaisir de voir que les skieuses étrangères, comme les Françaises, envoient des messages alors que l'on est de vraies concurrentes.

« Il ne faut surtout pas se fixer de date de retour »

Avez-vous déjà envisagé une date pour votre retour ?Pour les blessures au genou, on a une petite idée du nombre de mois d'arrêt : environ six à huit mois pour être compétitive. Je crois qu'il ne faut surtout pas se fixer de date. Il faut vraiment réussir à s'écouter, écouter son corps et évoluer avec lui, à bien suivre la rééducation. C'est assez personnel. C'est ma toute première blessure donc je pars un peu dans l'inconnu. Il y a pas mal de personnes autour de moi qui ont connu ça, elles me conseillent énormément et c'est rassurant. J'ai du temps avant la saison prochaine. Je ne veux pas me dormir dessus comme on dit mais je crois qu'il faut surtout que je retrouve la santé pour, après, retrouver mes skis, puis la confiance pour skier au meilleur niveau et revenir encore meilleure. Les Jeux de Sotchi, c'est un rêve qui s'envole ? Les JO étaient un gros objectif pour moi. Malheureusement, c'est un rêve qui s'évanouit. Ce n'est vraiment pas une chose facile mais c'est la vie d'un sportif, ça peut arriver. Il va falloir que je trace mon chemin cet hiver et que je me trouve de nouveaux objectifs au niveau de la rééducation. Je vais vivre cette année olympique un petit peu différemment des autres, mais c'est un combat tout aussi difficile.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant