« Il faut laisser du temps à Emery »

le
0
« Il faut laisser du temps à Emery »
« Il faut laisser du temps à Emery »

Les joueurs parisiens faisaient la grimace hier soir dans les couloirs du Parc des Princes. Une défaite à Monaco suivie d'un nul à domicile ont déjà jeté un voile sur le début de saison. Pas question pour autant de noircir le tableau. C'est en tout cas l'état d'esprit d'Hatem Ben Arfa. « D'abord, nous sommes tombés contre une équipe stéphanoise très bien regroupée et très bien organisée, tenait à souligner l'ancien Niçois. De notre côté, il faut retrouver des automatismes, travailler des combinaisons... Nous sommes déçus mais pas abattus. On fait ce que le coach et ses adjoints nous demandent. Après, on fait le maximum et c'est le terrain qui parle... Ce n'est que le début de saison mais il faut se projeter sur le long terme, ne pas se précipiter. En fait, je ne suis pas inquiet. La qualité technique des joueurs, leur intelligence, tout ça doit nous permetter de progresser rapidement. Quant à moi, c'était mon premier comme titulaire à domicile. Il faut monter en puissance tranquillement. »

 

Un discours repris en choeur et développé avec l'accent belge par Thomas Meunier, une autre recrue de l'été. « Quand je parle avec mes coéquipiers, on se rend compte qu'il y a eu beaucoup de changements par rapport à l'époque Laurent Blanc, souligne l'arrière droit. Il faudrait du temps pour que la marque Emery prenne, pour qu'il y ait des automatismes. D'ici quelques semaines ça devrait être bon. Il n'y a pas de doutes ni d'inquiétudes. Il ne faut pas dramatiser. Quand on voit la qualité du groupe, il n'y a aucune raison d'être inquiet. Le PSG à archi-dominé le championnat depuis quatre ans, il n'y a aucune raison que ça change. »

 

La seule once d'auto-critique est venue hier soir de Krychowiak, lui aussi arrivé cet été en provenance du FC Séville. « On aurait dû garder plus le ballon en fin de match, admettait ainsi le milieu de terrain. Ça aurait pu nous éviter l'égalisation. Mais c'est de cette ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant