Il faut en moyenne plus de 6 secondes pour charger une page Web en France

le
0
Il faut en moyenne plus de 6 secondes pour charger une page Web en France
Il faut en moyenne plus de 6 secondes pour charger une page Web en France

Le temps de téléchargement moyen d'une page Web s'est établi à 6,17s en France en janvier 2014, selon le premier Observatoire GESTE de la qualité de service internet. Cela place la France au 19e rang (sur 30) des pays européens et francophones étudiés.En ce qui concerne le temps de chargement médian, qui sépare les 50% d'internautes les mieux lotis des 50% les moins bien desservis, il se situe à 6,4s. C'est l'opérateur Numericable qui bénéficie des meilleurs résultats, avec un temps de charge médian de 4,7s, descendant même à 1,6s pour ses 10% d'abonnés les mieux servis.

Néanmoins, il existe une très forte disparité entre les résultats obtenus en France métropolitaine et les DROM-COM (départements, régions et collectivités d'outre-mer). Un temps de chargement médian de 12,2s a ainsi été observé en janvier 2014 dans ces provinces éloignées, de 7,4s pour Saint Pierre et Miquelon à 15,8s en Nouvelle Calédonie. D'une manière générale, il faut donc deux fois plus de temps pour charger une page Web dans les DROM-COM qu'en métropole.

Parmi les trente pays européens et francophones testés, c'est en Suisse que le temps de chargement moyen d'une page est le plus rapide, en seulement 4,46s, à comparer aux 6,14s en France, classée seulement 19e. L'Observatoire a également recensé le débit moyen de téléchargement dans les trente pays de l'étude. Ce sont les Pays-Bas qui arrivent en tête avec un débit moyen observé de 4,638Mbps, devant le Luxembourg (4,105Mbps) et le Danemark (3,948Mbps). la France se classe 17e avec un débit de seulement 2,484Mbps.

Le GESTE rassemble une trentaine de sites d'éditeurs français, parmi lesquels le CCM Benchmark group, Le Monde, Le Figaro, Le Point, L'Équipe, France Télévisions, Le Parisien, Car&Boat, Le Nouvel Observateur, 20minutes, Les Echos, L'Express ou encore Radio France. Pour mener à bien cet observatoire, plus de six milliards de mesures anonymes sont collectées et analysées ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant