Il faut des élections avant fin 2015 en Centrafrique-Déby

le
0

PARIS, 5 octobre (Reuters) - Il faut des élections en Centrafrique avant la fin de l'année, a déclaré lundi le président tchadien, Idriss Déby, après un récent regain de violences à Bangui perçu par les autorités de transition comme une tentative visant à perturber le processus électoral. "Nous avons avec le président français (François) Hollande la même position en ce qui concerne la RCA", a-t-il dit à des journalistes après une rencontre avec le président français, à Paris. "Cette transition doit s'arrêter, il faut une mauvaise élection (plus) qu'une transition chancelante. Donc que la communauté internationale trouve les moyens financiers nécessaires pour permettre à la transition de faire les élections avant la fin de l'année 2015", a-t-il ajouté. Lors de leur entretien, François Hollande et Idriss Déby "ont regretté la brutale dégradation de la situation sécuritaire en RCA, ont réaffirmé leur soutien aux autorités de transition et à la poursuite de la préparation des élections", indique de son côté l'Elysée dans un communiqué. Le processus de transition engagé en janvier 2014 devait aboutir à la tenue d'élections présidentielle et législatives le 18 octobre mais nombreux sont ceux qui s'attendent à ce que ces scrutins soient reportés après le regain de violence qui ont touché la capitale Bangui, fin septembre. Une trentaine de personnes ont été tuées et des dizaines de milliers d'autres ont été déplacées dans ces affrontements qualifiés de tentative "de prise de pouvoir par la force" par la présidente de transition Catherine Samba-Panza. Cette dernière a toutefois assuré que les engagements seraient tenus "pour organiser les élections dans les meilleurs conditions possibles en 2015". S'exprimant à New York la semaine dernière, Laurent Fabius, a de son côté indiqué que le calendrier électoral pourrait connaître "un certain retard". "Mais nous pensons qu'il faut au maximum respecter les délais qui ont été fixés", a dit le chef de la diplomatie française. "Si on veut sortir de cette situation, il faut que nous ayons un pouvoir qui soit établi." (Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant