« Il faut considérer le rachat de trimestres comme un placement »

le
1
C'est un investissement coûteux qui doit être comparé aux autres produits d'épargne offrant des rentes viagères.

Depuis le 1er janvier 2004, il est possible de racheter des trimestres de cotisations pour combler les années incomplètes. Opter pour cette formule n'est cependant pas toujours judicieux. Marc Darnault, associé chez Optimaretraite nous donne le mode d'emploi.

Pourquoi racheter des trimestres ?

Il existe deux raisons principales. On peut opter pour le rachat pour augmenter le niveau de sa pension ou bien pour partir à la retraite plus tôt avec le taux plein. Le rachat de trimestres est aussi un moyen de d'accéder plus rapidement au cumul emploi retraite. Pour continuer à travailler dans la même entreprise après avoir liquider sa retraite, il faut avoir acquis le taux plein. Si ce n'est pas le cas, il faut attendre six mois avant de reprendre son activité. Cela évite également les contraintes sur le nouveau revenu d'activité. Si le salarié n'a pas son taux plein, il doit limiter son salaire afin que le cumul du montant de la pension de retraite additionnée au salaire, ne dépasse pas le montant de l'ancien salaire.

Qu'a changé la réforme des retraites ?

Elle a pénalisé ceux qui allaient partir à la retraite cette année car ils vont devoir travailler plus longtemps. En revanche, elle a entraîné une baisse du prix d'achat des trimestres. Le rachat doit en effet être neutre financièrement pour les caisses de retraite, En repoussant de deux ans l'âge légal de départ à la retraite, la réforme induit une baisse de ce coût d'environ 5%. Puisqu'il faut désormais travailler 8 trimestres de plus, moins de personnes sont concernées. Mais réforme ou pas, la question de l'opportunité du rachat reste la même, elle se pose simplement un peu plus tardivement.

Quels trimestres peut-on racheter ?

Il est possible de racheter les années incomplètes, c'est-à-dire celles pour lesquelles on a cotisé, mais pas suffisamment pour avoir validé les quatre trimestres nécessaires. Généralement, il s'agit des années au cours desquelles les étudiants ont eu un job l'été, ou ont travailler le samedi, ou bien encore l'année de la première embauche. Les années d'études supérieures peuvent aussi être rachetées à condition que la personne n'ait pas cotisé à un régime obligatoire en même temps (c'est-à-dire sans avoir un job étudiant en même temps). Pour racheter ces années d'étude il faudra présenter des justificatifs, comme l'obtention d'un diplôme même à l'étranger. 90 jours successifs d'étude autorisent le rachat d'un trimestre de cotisation. Il faut aussi savoir qu'on ne peut racheter que 12 trimestres au maximum, soit trois années de cotisation.

Est-ce que racheter des trimestres coûte cher ?

Cela coûte nettement plus cher que d'avoir cotisé pour les acquérir. Par ailleurs, une personne qui a racheté des trimestres ne se retrouve pas tout à fait dans la même situation qu'une personne qui a cotisé suffisamment tout au long de sa vie professionnelle. Par exemple, le salaire de référence basé sur les 25 meilleures années du salarié- ne prend pas en compte les années comportant un versement pour la retraite, c'est-à-dire celles pour lesquelles des trimestres ont été racheté.

Comment racheter ?

Il existe deux options de rachat. La première permet d'augmenter le taux de sa retraite pour obtenir le taux plein (50%) et éviter ainsi une décote. Le but est de partir en retraite à taux plein. La seconde joue à la fois sur le taux et sur la durée de l'assurance retraite. Cette solution a un impact plus important sur le montant de la retraite et coûte forcément plus cher. Si cette option paraît plus intéressante ce n'est cependant pas toujours le cas. Pour connaître celle qui est la plus rentable, il faut étudier le plan de carrière de chacun et regarder notamment l'impact sur la retraite complémentaire. Avec la première option, la pension du régime complémentaire (Arrco, Agirc) est améliorée en même temps que le régime de base. La seconde option n'offrira pas d'avantage. Il faut donc bien analyser sa situation personnelle et se demander s'il n'y a pas plus à gagner en plaçant l'argent destiné au rachat de trimestre par exemple sur un Perp (Plan d'épargne retraite populaire), un produit d'épargne à long terme qui permet d'obtenir une rente à partir de l'âge de la retraite. Il faut considérer le rachat de trimestre comme un placement financier, et prendre en compte le fait que l'on va payer des impôts sur sa pension de retraite (le barème progressif de l'impôts sur le revenu s'applique après un abattement de 10%). Il faut faire des calculs pour établir à partir de quand on récupère sa mise, sachant que le rachat de trimestre génère une économie d'impôt.

Quand les racheter ?

Il est possible de racheter des trimestres à partir de 20 ans et ce jusqu'à 66 ans. Le prix des trimestres augmente avec l'âge. Il est néanmoins déconseillé de racheter des trimestres trop tôt. Trop d'incertitudes pèsent actuellement sur les retraites et d'autres réformes peuvent intervenir. L'accord AGFF (Association pour la Gestion du Fond de Financement) garantit jusqu'en 2018 le versement des retraites complémentaires même pour les personnes qui partent à la retraite avant l'âge du taux plein (67 ans depuis la réforme), mais la suite n'est pas garantie.

Peut-on se faire rembourser ?

En principe il n'est pas possible de revenir en arrière et de demander le remboursement des trimestres achetés. Cependant, en repoussant l'âge légal de deux ans, la réforme risquait de léser des assurés qui avaient déjà acheté des trimestres pour partir à 60 ans et qui devant finalement travailler plus longtemps se retrouvaient avec des trimestres en trop. Ceux là peuvent demander le remboursement des ces trimestres. Pour les autres, il existe une astuce qui consiste à étaler le paiement des trimestres. Le jour où l'assuré se rend compte que le rachat n'est plus intéressant, il lui suffit de cesser les versements. La Cnav prendra alors acte des trimestres payés et les créditera, mais ne cherchera pas à récupérer les sommes dues pour le reste des trimestres. Si l'assuré cesse les versements alors qu'il était en train de payer un trimestre, la Cnav lui restituera même l'argent correspondant à ce trimestre incomplet.

LIRE AUSSI :

» Le rachat des années d'études moins coûteux dès janvier

» Retraites: trimestres remboursés

» DOSSIER SPÉCIAL retraite, les enjeux de la réforme

» «Investir progressivement en vue de sa retraite»

» Succès croissant pour le cumul emploi-retraite et la surcote

» Les Français partent à la retraite le plus tôt possible

» Vade mecum du régime général des retraites

» la Caisse nationale d'assurance vieillesse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1022741 le mardi 8 nov 2011 à 11:56

    comment savoir le nombre de trimestre qui ont ete cotisés?