«Il faut asphyxier le régime syrien»

le
0
INTERVIEW - La politologue Bassma Kodmani, membre nouveau Conseil national syrien (CNS), demande à la communauté internationale de protéger le peuple.

La politologue Bassma Kodmani est membre du secrétariat général du Conseil national syrien, qui vient d'annoncer à Istanbul qu'il regroupait les principales organisations de l'opposition au régime de Bachar el-Assad.

LE FIGARO. - Pourquoi l'opposition a-t-elle mis si longtemps à s'unir ?

Bassma KODMANI. - Cette union est le fruit d'un travail de plusieurs semaines, mené par un groupe de personnalités neutres et indépendantes des partis. Des tentatives précédentes avaient échoué à cause de la dispersion d'une opposition investie autant dans des personnes que dans des formations politiques.

La présence des Frères musulmans pose-t-elle un problème ?

Les Frères musulmans syriens n'ont aucun problème à accepter la diversité de la société. Ils acceptent aussi un État civil et démocratique. Ce sont des gens très politiques, ils savent bien qu'ils doivent travailler avec des non-islamistes. Par ailleurs, il ne faut pas exagérer leur influence. Ils ne sont pa

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant