Il faut 20 % de notaires en plus

le , mis à jour à 07:41
10
Il faut 20 % de notaires en plus
Il faut 20 % de notaires en plus

Mettre de l’huile dans les rouages sans mettre d’huile sur le feu. C’était la mission de l’Autorité de la concurrence pour revitaliser, comme le prévoit la loi Macron, la profession de notaire endormie sur ses lauriers. Hier, l’Autorité a publié le fruit de son (intense) travail.

 

1 650 installations en deux ans. Sa recommandation peut se résumer ainsi : permettre l’installation de 1 650 nouveaux notaires titulaires (et pas salariés) d’ici à 2018. Soit une hausse des effectifs de 20 %. Mais pas n’importe comment. L’Autorité de la concurrence a établi une carte de France, divisée en 307 bassins (voir infographie). Dans 60 de ces zones, jugées trop bien dotées au point de créer parfois des « rentes », toute demande d’installation fera l’objet d’une instruction. Sur les 247 autres, l’installation restera libre comme à Bordeaux, Lyon, Paris, Nantes, Rouen, Lille…

 

Concurrence favorable au consommateur. « Il y a une vraie file d’attente de jeunes diplômés, souvent salariés, qui veulent s’installer à leur compte ou comme associés, explique Bruno Laserre. Ils sont pleins d’idées, d’enthousiasme. » Et le gagnant sera le consommateur. « D’abord, la loi Macron autorise des remises tarifaires jusqu’à 10 % ; beaucoup de jeunes se disent prêts à baisser les tarifs pour se faire une clientèle. » Cette nouvelle concurrence améliorera aussi le service : réduction des délais, arrivée d’innovations digitales, nouvelles spécialisations…

 

Corriger l’immobilisme. Le président de l’Autorité de la concurrence est sévère avec le gouvernement « qui a renoncé à supprimer la proportionnalité des frais de notaire », mais il l’est aussi avec la profession dont il veut « corriger l’immobilisme ». En février, on comptait seulement 9 868 notaires dont 1 243 salariés pour 4 778 offices. « 8 000 nouveaux diplômés depuis dix ans, et seulement 70 créations net d’offices ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 12 mois

    Et comme le dit justement Doncorly, un RDV chez le notaire c'est l'affaire d'une grosse semaine, un RDV médical pointu c'est à 6 mois voire 1 an.

  • frk987 il y a 12 mois

    Encore une réforme qui s'assimile à une ânerie de plus, dans chaque étude notariale, vous avez effectivement 2 ou 3 notaires associés (les boss) avec une dizaine de notaires salariés, alors ça va changer quoi....

  • M3756815 il y a 12 mois

    C'est une bonne chose car ils ont plus de dossiers a traiter qu'ils ne le peuvent. Aussi, ils délèguent a des employés, secrétaires ou autres souvent peu compétent au détriment du service payé au prix fort.

  • b.renie il y a 12 mois

    Un notaire n'est plus seulement un tabellion qui rédige, enregistre et archive des actes relatifs à des faits de la vie civile. Il doit être fiscaliste, averti du droit des affaires et des pratiques de leur déroulement jusqu'au plan international. Il lui faut des collaborateurs pluridisciplinaires voire des associés. La localisation d'une étude pose de la sorte un problème de rentabilité

  • M5888451 il y a 12 mois

    Pas de sortie de crise possible, sans la fin de tous les monopoles, et de toutes les professions protégées.

  • b.renie il y a 12 mois

    En Italie la réglementation relative aux études de notaire permet leur déplacement sans limites?, si bien que leur déménagement sans que vous en soyez informé fait que vous pouvez avoir un mal fou à retrouver les archives des faits de la vie objets d'un actes notarié. Être moins exigeant sur les formalités de création d'une étude en fait ne changera pas grand chose : s'il n'y a pas une étude notariale dans tel coin du territoire c'est parce que là il n'y a pas de rentabilité suffisante possible

  • awsdf il y a 12 mois

    Le seul probleme me semble etre les impots qu'ils doivent collecter a chaque acte. Bien trop eleves. La fraction des frais de notaire elle est faible. 10% de remise sur des frais qui representent 15% du cout d' une transaction immobiliete, ca ne fait que 1,5% de remise. D' ou l'immobilisme francais.

  • DonCorly il y a 12 mois

    Il faut arrêter de dire n'importe quoi, quand je demande un RDV je l'ai souvent dans la semaine, par contre chez l'ophtalmo c'est six mois.

  • dupon666 il y a 12 mois

    texte et loi ambigue qui laisse envisager des baisses de tarif...il ne faut pas oublier que la majeure partie des "frais de notaire" sont des taxes,et qu'il n'y aura pas de remise là dessus.

  • Jermaup il y a 12 mois

    Pourquoi faire avec Internet ?