Il faudra 1,2 million d'euros pour colmater la Canopée des Halles

le
6

Si la Ville refuse de parler de fuites pour la toiture de ce centre commercial au cœur de Paris, elle lancera tout de même des travaux pour éviter que d’immenses flaques de pluie continuent à se former sous le bâtiment.

Plus d’un million d’euros pour colmater des fuites qui n’existent pas, voilà une sacrée facture. C’est pourtant bien celle que s’apprête à payer la Ville de Paris qui vient de lancer un appel à projets pour éviter que la toiture de la Canopée ne laisse passer autant d’eau de pluie. Une décision qui fait suite au mécontentement des commerçants et des usagers du lieu.

Tout est affaire de vocabulaire. «Il ne s’agit pas de fuites», tient à préciser la Ville en rappelant que «le plan initial a été respecté», plan qui ne «s’était pas engagé à l’étanchéité». Il n’empêche, toutes ces flaques et cette eau stagnante, ce n’est pas bon ni pour le commerce, ni pour les passants. Un appel à projets, doté d’une enveloppe de 1,2 million d’euros hors taxes, va donc être lancé en janvier 2017 pour opérer des «ajustements» au toit de ce nouveau bâtiment au coeur de Paris, signé des architectes Patrick Berger et Jacques Anziutti.

Les pigeons nichent dans le toit

Ce toit en forme d’immense feuille avait été critiqué dès son ouverture pour sa couleur jaune puis très rapidement ensuite parce que ses «ventelles», sorte d’immenses lames se juxtaposant en laissant passer l’air et le jour, laissaient passer aussi l’eau de pluie en quantité trop importante. «Pour des raisons de confort», des travaux seront donc entrepris dont le financement est déjà compris dans l’enveloppe globale de 240 millions d’euros qu’a coûté la Canopée, qui intègre des possibilités de surcoûts pour ce type d’ajustements.

Les travaux ne modifieront pas l’aspect du toit, ajoute la Ville qui devra également remédier à un autre problème, celui des pigeons qui nichent dans certains secteurs du toit et créent des nuisances et des salissures. La Canopée des Halles a été inaugurée le 5 avril après cinq ans de travaux pour rénover les Halles, en plein centre de la capitale. Le chantier, qui a globalement coûté un milliard d’euros, ne sera totalement achevé qu’en 2018, après la fin des travaux dans la station de métro-RER, sur le plateau piétonnier puis la livraison finale du jardin dessiné par David Mangin.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • houppss il y a 3 semaines

    J'ai une autre suggestion qui couterait beaucoup moins cher : Pourquoi ne pas faire les travaux plutôt au sol ? Faire des inclinaisons, des rigoles de canalisation vers les bouches d'égouts.

  • frk987 il y a 3 semaines

    Ah ces halles, j'en entend parler depuis mon enfance, puis à coup de milliards on est toujours à la case départ. Et si l'on n'avait pas détruit ces magnifiques pavillons de Baltard......trop simple et pas assez coûteux.

  • coche123 il y a 3 semaines

    "plan qui ne «s’était pas engagé à l’étanchéité»." encore de bons architectes sélectionnés pour leurs compétences.

  • M7166371 il y a 3 semaines

    il est loin le temps des Eiffel et des Bienvenue , les bâtisseurs d'aujourd'hui sont des nains comparés aux constructeurs de Notre-Dame , de la tour Eiffel ou du métro parisien .

  • akarien il y a 3 semaines

    Un milliard d'euros... Et quelques bassines...

  • jlagran5 il y a 3 semaines

    Encore une magnifique réussite de DELANOE et HIDALGO;Ils coutent très chers ces bobos