«Il fallait un partenaire ambitieux à Bulgari »

le
0
INTERVIEW - Francesco Trapani, petit-fils du fondateur de Bulgari et administrateur délégué du groupe, explique le choix de sa famille de le vendre à LVMH, dont il intégrera le comité exécutif

LE FIGARO - Pourquoi la famille Bulgari a-t-elle décidé de céder son groupe?

Francesco TRAPANI - Ce n'est pas une cession. Nous avons fait un échange d'actions, et nous nous sommes même renforcés au capital de LVMH, dont nous détiendrons environ 3,5%. Nous changeons le profil de notre aventure: nous étions entrepreneurs, nous serons en plus investisseurs. Mes oncles se rapprochent de la retraite, et la génération suivante n'est pas intéressée par la gestion de notre affaire. Mais la famille ne voulait pas vendre tout court. LVMH nous offre un véritable partenariat. De plus, sur un marché en croissance, il fallait à Bulgari un partenaire ambitieux, avec le respect de la créativité.

Avez-vous discuté avec d'autres acquéreurs?

Cela fait vingt-sept ans que je suis PDG de Bulgari, j'ai des relations personnelles avec toutes les autres sociétés de notre univers. J'ai discuté avec beaucoup de gens intéressés par Bulgari. Il y a quelques mois, nous avons repris des discuss

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant