Il était une fois l'Amérique de Bruce Springsteen

le
0
Un portrait de Bruce Springsteen vendu dans une des nombreuses boutiques qui jalonnent le front de mer à Asbury Park, où l'icône a fait ses premières armes musicales.
Un portrait de Bruce Springsteen vendu dans une des nombreuses boutiques qui jalonnent le front de mer à Asbury Park, où l'icône a fait ses premières armes musicales.

Direction Freehold et Asbury Park, dans le New Jersey, sur les terres du « Boss », à la rencontre de l’Amérique des déshérités, amère à l’heure de choisir entre Clinton et Trump.

C’est dimanche et c’est ici que commence le livre. La cloche de St. Rose of Lima, la catholique, sonne à Freehold, New Jersey. C’est l’heure de la messe. Sur le parking, des gens viennent, ils ont ce petit supplément d’élégance qu’on réserve à ce matin-là.

Beaucoup ont la peau mate, le cheveu noir de jais, tressé pour les femmes, lustré pour les hommes, ils sont mexicains, ceux que l’écumant Trump menace de déporter. C’est ce mot-là qu’on entend sur les ondes américaines : « Déportation ». Qui semble les menacer du pire.

Sous le parking, c’est-à-dire il y a longtemps, chapitre premier et quelques autres du livre, il y a une petite maison ouvrière en bois, qui se délabre à l’ombre du clocher de St. Rose et d’un hêtre immense au fond du jardin.

Elle abrite un mélange irlando-italien, qui porte un nom venu d’Hollande : Springsteen. Elle a un poêle à mazout, un porche, mais pas d’eau chaude. Trois générations s’y entassent sous le regard d’une petite fille morte, fauchée sur son tricycle à 5 ans, au bout de la rue, par un camion. Elle aurait été sa tante. Elle semble dire, depuis son cadre, que le pire est à venir. Et les vivants semblent la croire.

Ceux qui n’ont pas grand-chose Peu importe le siècle, l’année, le nom du président, c’est ici le quartier de ceux qui n’ont pas grand-chose, sinon des vies dont les usines et les gouvernements font des variables d’ajustement.

C’est ici que bien des chansons de Bruce Springsteen trouvent leur source, ici son gouffre et son sanct...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant