Il était une fois dans l'est marocain

le
0
Il était une fois dans l'est marocain
Il était une fois dans l'est marocain

Un mois après les tragiques événements dans le stade Mohammed V à Casablanca, deux morts et plus de cinquante blessés dans des affrontements entre supporters du Raja, on a voulu prendre le pouls du football marocain. Plongée dans une semaine de foot dans l'est marocain, avant et pendant le derby de l'oriental : Oujda vs Berkane.

Arrivée à Oujda, ville frontalière avec l'Algérie, un taxi Mercedes blanc, modèle 240D, nous replonge plus de trente ans en arrière. Quatre sur la banquette arrière, deux sur le siège avant passager. Direction le pays des clémentines et des oranges. Dans une semaine c'est le derby.
Samedi 16 avril. Berkane. Un chaud soleil printanier accompagne la foule orange des supporters qui se rendent au stade pour le match entre la RSB (Rennaissance Sportive de Berkane) et le KACM (Kawkab Athlétique Club de Marrakech). L'équipe locale est entraînée par Bertrand Marchand, premier français à avoir remporté une Ligue des champions (celle de la CAF) en 2007 avec le Club africain (Tunisie). L'ancien coach guingampais, époque Didier Drogba, habitué des bancs de touche au Maghreb et au Moyen-Orient depuis plus de dix ans, est venu apporter son savoir-faire et son expérience dans un club revenu en Botola pro, la première division marocaine, en 2012, et finaliste de la coupe du Trône en 2014. Le club grandit donc peu à peu, "c'est un peu le Guingamp marocain", dixit le coach breton. C'est aussi l'équipe du nouveau président de la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF), Faouzi Lakjaâ, ce qui aide pour avoir des moyens financiers et jouer le haut du tableau cette saison avec un effectif de qualité dans lequel on retrouve les Français Nabil Berkak (passé par Troyes) et Roy Contout, ou encore l'ancien buteur du TP Mazembe, le malien Cheibane Traoré.
En face, le Kawkab Athlétique Club de Marrakech est en grande difficulté en championnat cette année, en partie sans doute à cause des matchs de coupe de la CAF, dans lesquels l'équipe laisse beaucoup d'énergie.

Le 99 de Contout et les "Orange Boys"


À une heure du coup d'envoi, autour du stade la sécurité est omniprésente : Police, Forces auxiliaires, Sécurité Nationale. Mais l'ambiance est bon enfant, si bien qu'entre les plus jeunes (dix-douze ans, ndlr), qui cherchent à rentrer sans billet, et les forces de l'ordre, c'est un peu le jeu du chat et de la souris, sans aucune animosité. Dans un stade d'une capacité de 10000 places, presque flambant neuf (inauguré en 2014), qui, pour une fois, ne fait pas le plein, les "Orange Boys" mettent l'ambiance avec tambours et chants bien rodés pour animer le virage. Alors que dans ce stade à ciel ouvert l'acoustique est inexistante,…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant