Il était une fois Bob

le
0
Il était une fois Bob
Il était une fois Bob

Jock Stein, Matt Busby, Bill Shankly, Sir Alex Ferguson, Brian Clough. Toujours les mêmes figures, souvent les mêmes exemples. Le plus grand est pourtant un Anglais, un "vrai gars du Nord". Il est même le premier Anglais à avoir remporté une Coupe d'Europe. Bob Paisley était une légende, en rouge. En patience et en trophées.

La salle à manger est pleine. Elle est bondée. Les couloirs de l'hôtel fourmillent, le gratin national est là. C'est un événement à ne pas manquer. Nous sommes en 1977. Pour beaucoup, il s'agit là d'une bascule. Quelques semaines plus tôt, l'histoire s'est écrite. Du côté de Rome. Une soirée pour l'histoire, pour écrire l'histoire, pour changer l'histoire. C'était un mercredi. Le mercredi 25 mai 1977, au Stadio Olimpico. Un soir de finale de Coupe des clubs champions européens, un an après une victoire en C3 face au FC Bruges (4-3 sur l'ensemble des deux rencontres). À Rome, ils sont 52 078 massés dans les tribunes. 35 000 sont rougis par la passion du Liverpool FC qui affronte le terrible Borussia Mönchengladbach, celui de Jupp Heynckes et Berti Vogts. Sous sa moustache à la Tom Selleck, le rugueux Terry McDermott détaillera la scène quelques années plus tard : "Une heure avant le match, on est allés sur le terrain, et, à la vue de cette marée rouge, on a tous pensé "Jésus Christ, comment pourrait-on perdre avec tous ces fans ?" Et, évidemment, nous n'avons pas perdu." Car Liverpool, bercé par son jeu à deux temps – continental et british – va abattre les Fohlen (3-1) et lancer une ère de domination britannique sur l'Europe du foot.

Bell's, hôtel et table des sages


Emlyn Hughes, le capitaine des Reds, crèvera la nuit romaine des anses de ce que les Anglais appellent la "Coupe aux hautes épaules". L'hôtel, donc, sera le centre d'une passation. Devant tous les entraîneurs de tous les clubs d'Angleterre. Un soir où, costumé, Bill Shankly remettra le prix de Manager de l'année à son ancien adjoint, Bob Paisley, devenu le cerveau du Liverpool continental. "Vous pensez tous, probablement, que je suis jaloux de devoir remettre cette merveilleuse récompense à Bob Paisley, le Manager de l'année. Eh bien, vous avez sacrément raison de le penser !", lancera Shankly. Réponse de Paisley : "Quand j'ai succédé à Bill, j'ai dit que je me contenterais d'une goutte de Bell's une fois par mois, une grande bouteille à la fin de la saison, et un tour de ville en bus à ciel ouvert ! Alors, merci beaucoup. Remarquez, j'ai connu des moments difficiles, aussi. À l'issue de ma première année, nous avons fini deuxièmes..." En 1975, derrière Derby County. Avant de remporter deux championnats jusqu'au…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant