Il est temps pour Blanc d'installer Marquinhos

le
0

Jamais depuis qu’il est arrivé Marquinhos n’a semblé aussi proche de la rupture vis-à-vis de sa situation au PSG. Laurent Blanc doit pourtant tout faire pour l’installer enfin comme un titulaire. Quitte à opérer des choix forts.

A force de jouer avec le feu, Laurent Blanc pourrait bien finir par se brûler. L’entraîneur du PSG dispose en Marquinhos du défenseur le plus prometteur de sa génération. Et pourtant, le risque de le perdre l’été prochain se précise. Ce serait un énième échec dans la gestion par le quadruple champion de France en titre de ses jeunes talents, un nouveau constat de son incapacité à les faire mûrir à l’ombre des stars sans pour autant freiner leur progression. De Kingsley Coman à Mamadou Sakho, les exemples de joueurs ayant choisi l’exil pour poursuivre leur développement ne manquent pas pour le PSG version QSI. Perdre Marquinhos lors du prochain Mercato estival serait forcément dommageable, autant d’un point de vue footballistique qu’au niveau de l’image. A le voir trainer son autorité dans les duels, sa maturité tactique et sa sûreté technique sur tous les terrains d’Europe, l’international brésilien a tout pour s’imposer dans n’importe quel club d’Europe. La preuve, les plus grands le suivent attentivement et sont prêts à sauter sur l’occasion.

Marquinhos au summum de sa frustration

Marquinhos a tout pour les faire saliver. Le bonhomme ne fait clairement pas ses 21 ans, à part sur son visage. Comme un symbole, son vingt-deuxième anniversaire, il le célébrera au soir la réception de Nantes pour la 38eme journée de L1. Ce qui pourrait bien être sa dernière apparition dans notre championnat. Parce que la frustration de Marquinhos a atteint son point culminant. Appeler à la rescousse en huitièmes de finale de la Ligue des Champions contre Chelsea pour pallier à la suspension de Serge Aurier suite à son dérapage sur Periscope, le natif de Sao Paulo a retrouvé le banc au tour suivant face à Manchester City. Le tout pour que Blanc réinstalle l’international ivoirien, tout juste réintégré au groupe professionnel et en manque flagrant de rythme. Les deux prestations de l’ancien Lensois et Toulousain ont fini de décrédibiliser le choix du technicien cévenol, d’ajouter de l’amertume à la déception ressentie par Marquinhos. « Je ne me fais pas de soucis pour lui, avait rétorqué Blanc en conférence de presse avant le match retour contre Manchester City. C’est vrai que ce n’est pas encore un titulaire fixe à un poste, mais c’est un garçon qui, à la fin de l’année, est parmi les trois ou quatre joueurs qui jouent le plus. Ça ne lui suffit pas, tant mieux. »

Douzième joueur du PSG au temps de jeu

Blanc a beau convoquer les statistiques pour rassurer son joueur, elles font un autre constat que lui. En réalité, Marquinhos est le douzième joueur de l’effectif du PSG au temps de jeu depuis le début de la saison. Et encore, il devance d’une petite minute Aurier, mis à l’écart pendant six semaines. Avec trente-six apparitions au total cette saison, le numéro 5 parisien affiche le même rythme que la saison dernière (quarante-deux en tout). Mais le chiffre tombe à vingt-six lorsqu’il s’agit de comptabiliser les titularisations. C’est trop peu. Surtout, son utilisation dépend en grande partie des blessures et des suspensions de ses coéquipiers. Une situation qui dure depuis son arrivée à l’été 2013. « Je ne sais pas qui a dit que c’était un bouche-trou, mais c’est un manque de respect, avait répondu Blanc en février. Varane, au Real Madrid, c’est un bouche-trou ? Il y a des équipes où il y a trois centraux de qualité, comme Chelsea. Thiago Silva, David Luiz et Marquinhos sont trois très grands joueurs, et on ne peut pas jouer à trois derrière, sauf si on change de système. » Ce que Blanc a fait à Manchester contre City, avec le succès qui en a découlé.

David Luiz et Aurier ont leurs défauts

Passer dans un 3-5-2 ou dans un 3-4-3 serait un moyen pour le PSG de donner à Marquinhos un statut de titulaire. Mais ce ne sont pas des dispositifs qui séduisent Blanc, à part pour tenter un coup improbable en quart de finale retour de la Ligue des Champions. L’ancien coach de Bordeaux se trouve dorénavant le derrière entre deux chaises. Pour ne pas laisser filer Marquinhos vers d’autres contrées, il doit trouver une solution pour l’installer sans toucher à sa philosophie de jeu et à son immuable 4-3-3. Cela passe par la mise au ban de David Luiz ou de Serge Aurier, deux joueurs qui jouissent d’un autre statut que Marquinhos dans le groupe. Le premier a été acheté pour près de cinquante millions d’euros à l’orée de la saison 2014-15, forme avec Thiago Silva une paire complice en dehors des terrains et dispose d’une belle cote de sympathie auprès de ses coéquipiers grâce à sa bonne humeur permanente. Le second a tous les atouts techniques et physiques pour devenir l’un des meilleurs latéraux du monde. Mais les deux ont leurs défauts, qui pourraient inciter Blanc à des changements.

L’installer à droite, Blanc ne l’envisage pas

Les sautes de concentration de David Luiz et sa tendance à se compliquer la vie ne sont pas toujours compatibles avec le très haut niveau. Ses performances actuelles, avec le PSG ou avec le Brésil, traduisent une fébrilité coupable. Son irrégularité est à la hauteur de la constance de Marquinhos, rarement impressionnant, mais jamais décevant. Pour ce qui est d’Aurier, il n’y aurait rien à lui reprocher s’il n’avait pas insulté entraîneur et coéquipiers aux yeux et au sus de tous. C’est déjà un argument suffisant pour lui ouvrir la porte d’un départ cet été. Le hic, c’est que Blanc n’envisage pas de décaler définitivement l’ex-sociétaire de l’AS Rome dans le couloir droit de la défense. « C’est peut-être l’un des meilleurs défenseurs du groupe, expliquait-il avant la réception de Reims. Un défenseur pur. En latéral, il doit amener autre chose. Marquinhos ne peut pas amener toutes les garanties. Ce n’est pas son poste, il n’a pas cette fluidité dans les attaques. (...) Il peut rendre de bons services. (...) Mais sur la mobilité, le placement, les centres, il doit progresser. On n’est pas au point de l’installer dans ce rôle-là. »

Sur le banc samedi ?

Alors son avenir à Paris passera par l’axe. Thiago Silva étant tout simplement intouchable, il ne serait pas incongru de pousser David Luiz vers la sortie. Il pourrait rapporter une trentaine de millions d’euros, offrir une place de titulaire à Marquinhos et faire grimper dans la hiérarchie des défenseurs centraux Presnel Kimpembe, qui ne pourra plus se contenter longtemps d’un statut de remplaçant du remplaçant avec ce qu’il démontre actuellement. En ce sens, le onze de départ du PSG samedi pour la finale de la Coupe de la Ligue contre Lille livrera une première tendance. De retour de blessure, David Luiz a participé à l’intégralité de l’entraînement mercredi avec les Parisiens. Autant dire qu’il postulera à une place de titulaire et Marquinhos pourrait à nouveau être le dindon de la farce. « Cette situation-là, où il n’est pas un titulaire indiscutable, ne peut pas durer éternellement, a reconnu récemment Blanc. Il y aura un choix à faire en fin de saison. » Et si le PSG veut qu’il lui soit favorable, il serait temps de faire concorder les mots avec les actes.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant