Il est désormais possible de mettre un loyer aux enchères

le
8

Aux États-Unis, une start-up propose aux locataires potentiels d’enchérir en ligne pour fixer leur loyer. Le principe est déjà courant pour les ventes immobilières mais cette nouvelle étape suscite bien des critiques.

Les locataires ne lui diront sans doute pas merci. Aux États-Unis, la start-up Rentberry propose aux propriétaires de mettre en avant leur logement à louer en laissant le public intéressé placer des enchères en ligne afin de décrocher la location convoitée. Alors que le loyer médian pour un logement avec deux chambres atteint déjà 4500 $ à New York et San Francisco (selon les statistiques du site américain ApartmentList), ce procédé devrait encore faire gonfler la note. Une évolution effrayante sur ces marchés où les loyers s’envolent, dépassant déjà le revenu médian d’un foyer américain.

Pour l’instant, la formule est disponible dans les villes de New York, San Francisco, Boston, Chicago, Austin, et Los Angeles, globalement les marchés les plus tendus du pays. Or, comme le reconnaît lui-même Alex Lubinsky, le fondateur de Rentberry, les loyers obtenus en recourant à son service sont 5% plus élevés que leurs homologues «traditionnels».

Appels à l’interdiction en Australie

Lancé il y a peu auprès du grand public, le procédé suscite déjà la polémique. Même si Rentberry clame que le processus est légal et ne fait qu’apporter une solution technologique à des pratiques courantes, des associations australiennes militent déjà pour l’interdiction de ces enchères pratiquées à Melbourne. Et à San Francisco, des associations de locataires estiment que cette mise aux enchères viole la loi fédérale sur la justice sociale dans le logement. Le texte stipule que le propriétaire doit «accepter les premiers candidats répondant aux critères de location fixés par le propriétaire». Mais pour l’instant la pratique n’a été interdite nulle part.

Pourrait-elle être importée en France? «J’en doute fortement, souligne Me Thierry Delesalle, notaire à Paris. Même en l‘absence de texte l’interdisant spécifiquement, c’est une pratique inflationniste. Sachant que les pouvoirs publics se préoccupent beaucoup de la protection des locataires, ils ne laisseraient sans doute pas faire.»

Création de nouvelles sanctions

Un point de vue que partage David Rodrigues, juriste à la CLCV. «Rien ne l’interdirait dans la pratique, mais les limites sont nombreuses. Il y a d’abord la limite de l’encadrement des loyers à Paris et bientôt Lille, sans oublier que les logements remis en location ne peuvent voir leur tarif augmenter plus fortement que l’Indice de référence des loyers (IRL).» Selon David Rodrigues le système pourrait même devenir contre-productif pour les propriétaires l’utilisant: «Pour l’instant, il n’y a pas de sanctions spécifiques visant les propriétaires réclamant des loyers trop élevés, ce sont justes les locataires qui peuvent réclamer le remboursement du trop-perçu. Mais avec ce genre de formule, les pouvoirs publics pourraient être incités à sévir.»

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • kpm745 il y a 7 mois

    Du n'importe quoi. Le logement est un produit de 1ere nécessité qui devrait être géré/contrôlé par l'état comme l'eau et l'électricité

  • sibile il y a 7 mois

    on suppose que les bailleurs américains vérifient que les candidats à la location disposent de revenus qui leur permettent de payer leur loyer, comme le font les bailleurs français ....

  • mlaure13 il y a 7 mois

    C'est bien américain...du n'importe quoi...:-(((

  • gpiche il y a 7 mois

    Avec cette façon de faire ce sont plutôt les locataires qui sont mis en concurrence.Et ce n'est pas parce que on paie cher un loyer qu'on est financièrement à l'aise, carle loyer est souvent un budget de sacrifice.

  • c.voyant il y a 7 mois

    Les propriétaire en concurrence c'est plutôt plaisant. Très intéressant, çà éclaircirait la réalité du marché de l'immobilier en temps réel. C'est surement un bon moyen d'assagir le marché. Dans un marché dirigé se sont toujours les biens les plus médiocres qui profitent de la situation.

  • dotcom1 il y a 7 mois

    Le titre de l'article est donc mensonger.

  • sibile il y a 7 mois

    si les loyers sont élevés, c'est qu'il y a des gens qui peuvent les payer

  • c.debarg il y a 7 mois

    et le compte en banque aux enchères des mauvais payeurs