Il découvre une tête de serpent dans une boîte de haricots verts

le
0

Un habitant de Nostang en Bretagne a découvert une tête de serpent dans une boîte de haricots verts alors qu'il s'apprêtait à passer à table. Une déconvenue choquante et pourtant pas si inhabituelle que cela...

De quoi vous couper l'appétit! Lundi, Dominique, un habitant de Nostang dans le Morbihan, a eu la mauvaise surprise de découvrir une «petite tête sombre d'orvet ou de serpent» dans une boîte de haricots au moment de passer à table, rapporte Ouest-France. Une découverte qui a bien sûr provoqué son dégoût: «J'ai fait un bond. Ça m'a coupé l'appétit. Je ne suis pas près de remanger des haricots verts…», a-t-il déclaré au quotidien.

Ce «corps étranger» de plus de 3cm se trouvait dans une boîte de haricots verts bretons de la marque Saint-Eloi. Le groupe Intermarché, propriétaire de la conserverie de légumes Kerlys qui met en boîte ces mêmes haricots, s'est défendu auprès de Ouest-France en invoquant «la grande diversité des animaux» qui vivent dans les champs où «les haricots sont cueillis mécaniquement». Autrement dit, la tête de serpent serait passée au travers des mailles des différentes étapes de contrôles de tris sur les lignes de production.

La direction de communication du groupe de grande distribution concède que «le risque zéro n'existe pas» mais assure dans le même temps être «en veille sur toutes les innovations technologiques de détection qui permettraient d'éliminer complètement ce risque». Elle affirme par ailleurs que ce type de d'erreur ne représente «aucun risque sanitaire».

Une histoire aux allures de serpent de mer...

Ce n'est malheureusement pas la première fois qu'une telle déconvenue est observée dans des produits alimentaires. Ouest-France note d'ailleurs la découverte par un couple de Seine-Maritime d'un mulot dans une boîte de conserve en septembre 2011.

D'autres faits peu ragoûtants peuvent être mentionnés. En 2013, un Parisien a découvert avec stupeur une souris morte, là encore dans une boîte de haricots verts. En 2011, un septuagénaire d'Angers a trouvé, non pas un animal, mais une lame de cutter dans une boîte de bœuf bourguignon. La liste est loin d'être exhaustive. Plusieurs scandales de ce genre ont éclaté à répétition: grenouille morte dans la salade, dent humaine dans un steak ou encore cafard dans un hamburger. Rien de très rassurant, en somme…

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant