"Il a fallu décomplexer le football suisse par rapport aux grands voisins"

le
0
"Il a fallu décomplexer le football suisse par rapport aux grands voisins"
"Il a fallu décomplexer le football suisse par rapport aux grands voisins"

Adjoint de la Nati pendant près de 13 années, Michel Pont a quitté son poste il y a maintenant deux ans. Désormais observateur avisé, l'homme affable raconte le projet suisse, et évoque non sans crainte l'opposition future face aux Bleus. Sans neutralité.

La Suisse n'a jamais dépassé le premier tour d'un Euro. Cette année peut-elle être la bonne ?
Oui, absolument. Ce serait un manquement de ne pas passer ce tour-là, compte tenu du groupe, compte tenu de la qualité de l'équipe, mais surtout de la nouvelle formule. Avec le passage de 16 à 24 équipes, en ayant les deux premiers qualifiés, puis les meilleurs troisièmes, ce serait vraiment une très grosse contre-performance que la Suisse ne soit pas en 8es. La donne a un peu changé par rapport à avant, car avant, vous aviez les 16 favoris, ce qui faisait un championnat plus relevé que maintenant.

« Il y a des joueurs qui ont du mal à faire leur place en club, il y a eu pas mal de blessures, notamment dans l'axe central défensif, donc on est pleins de points d'interrogation. J'ai un peu moins de certitudes que je n'en avais il y a deux ans. »

La place logique de la Suisse sera la deuxième place ?
C'est l'objectif avoué du sélectionneur. Il veut arriver contre la France pour jouer la première place du groupe.

L'équipe suisse, qui a intégré de nombreux jeunes joueurs, est-elle assez mature pour aller chercher des gros poissons ?
Ça fait maintenant deux ans que j'ai arrêté avec la sélection. Mais j'aurais aimé aller en France avec Hitzfeld parce j'étais convaincu que l'équipe sur laquelle on a travaillé quatre bonnes années était mûre pour la France. Aujourd'hui, je suis un peu moins dedans, mais à en juger par les contre-performances, notamment en matchs amicaux, le brassage a été plus important que ce que je ne pensais. Il y a des joueurs qui ont du mal à faire leur place en club, il y a eu pas mal de blessures, notamment dans l'axe central défensif, donc on est pleins de points d'interrogation. Il y a un manque de certitudes, un manque d'un certaine ligne, et cela me fait dire que malheureusement, on n'est plus dans cette dynamique-là. On a deux matchs amicaux encore pour corriger cela, et préparer l'Albanie, qui va être un match déterminant, surtout moralement. Donc j'ai un peu moins de certitudes que je n'en avais il y a deux ans.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant