IISS: des drones moins chers et plus nombreux

le
0
IISS: des drones moins chers et plus nombreux
IISS: des drones moins chers et plus nombreux

Devenus moins chers grâce aux techniques de miniaturisation, les drones se multiplient de manière exponentielle sur les terrains civil et militaire, selon le rapport annuel de l'Institut international d'études stratégiques (IISS) sur l'équilibre des forces dans le monde, publié mercredi.Les barrières technologiques tombent les unes après les autres, de sorte que ces appareils sans pilote deviennent accessibles à un nombre croissant de pays et ne sont plus réservés aux seules forces armées de l'Ouest."On en verra de plus en plus. Les drones vont proliférer, que ce soit le petit engin démontable qu'on peut mettre dans son sac-à-dos ou l'appareil de combat à puissance de frappe maximale", a résumé Doug Barrie, expert en aéronautique militaire de l'institut, en présentant le rapport lourd de 500 pages à Londres.Sur le plan militaire, toutes les grandes puissances tentent de rattraper leur retard sur l'armée américaine qui domine le marché avec son Global Hawk ou le Northrop Grumann X-47B. Ce dernier s'est même posé pour la première fois sur un porte-avions l'été dernier.Plusieurs pays européens veulent développer des drones MALE (moyenne altitude, longue endurance) et vendredi le Premier ministre britannique David Cameron et le président français François Hollande se sont entendus sur le projet d'un appareil de combat sans pilote franco-britannique.La Chine, qui continue à s'armer à l'image de toute l'Asie (dépenses militaires en hausse de 11,6% entre 2010 et 2013 selon le rapport de l'IISS), a fait voler en novembre son premier drone de combat furtif.Inspiré du X-47B américain, l'engin baptisé "Lijian" ("Epée effilée") a effectué un vol d'une vingtaine de minutes sous l'oeil des caméras. Bref, "il y a peu de doute que l'avenir des drones dans le futur arsenal des armées les plus puissantes est assuré", souligne le rapport de l'IISS. Qui reste prudent lorsqu'il s'agit de mesurer à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant