Igor le terrible

le
0
Igor le terrible
Igor le terrible

Le député russe Igor Lebedev avait choqué toute l'Europe, en soutenant les supporters russes qui avaient réglé leur compte aux Anglais à Marseille. Une harangue qui était mal passée, alors que l'intéressé se dit en réalité être un homme plein de bonnes intentions.

Les violences autour du match Angleterre-Russie avaient laissé la planète entière bouche bée. Alors comme ça, les hooligans existaient encore. Ce cauchemar que certains pensaient avoir enterré avec les années 90 leur revenait en pleine face, sur les rives du Vieux-Port. Mais entre les cris d'orfraie et les réactions indignées, la voix du député russe Igor Lebedev avait résonné puissamment. Sur son compte Twitter, ce politicien chauve lançait une première salve le 13 juin : " Je ne vois rien de mal aux fans qui se battent. Au contraire, bien joué les gars, continuez comme ça ! " Avant de remettre le couvert dans une interview accordée à un site russe, où il remerciait les bagarreurs d'avoir " défendu l'honneur de leur pays, en empêchant les Anglais de profaner notre patrie ". L'homme maîtrise l'art d'aller à contre-courant. Et pourtant, lorsqu'on prend le temps d'écouter ses arguments, Igor Lebedev parviendrait presque à faire passer ses hools pour des justiciers : " Ne sortez pas mes paroles de leur contexte. Je commentais les incidents de Marseille, en disant que les Anglais sont connus pour leur violence depuis des décennies. C'est toujours une bonne chose de calmer des hooligans. La police française n'a pas réussi à le faire, alors des gens normaux en ont pris l'initiative. " Un avocat du diable décomplexé, lancé corps et âme dans sa bataille, déjà condamné pour corruption en 2013 et amoureux du border line.

Mais que fait la police ?


Côté CV, le député est le chef du groupe parlementaire du parti nationaliste LDPR, mais aussi le fils de son fondateur, le triple candidat à la présidentielle Vladimir Zhirinovsky. Ce dernier est lui aussi un homme aux mots doux, qui a entre autres proposé de bombarder la Tchétchénie au napalm, qui a lancé des pierres sur des étudiants juifs venus manifester contre lui et ses dérapages antisémites, et qui a invité Jean-Marie Le Pen à ses noces d'argent. Et il y a une chose qu'Igor Lebedev déteste par-dessus tout, c'est que l'on s'en prenne à son pays. " Je peux citer tellement de pays qui ont posé problème pendant l'Euro... Ce "blaming game" ne sert à rien, et pour 99% des fans, l'Euro a été un moment de joie ", s'indigne-t-il, furieux que l'on se focalise sur les supporters russes. Dans son viseur, bien évidemment, les médias. Un courroux auquel il lie…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant