Ignazio Cocchiere, un footballeur au parlement européen

le
0
Ignazio Cocchiere, un footballeur au parlement européen
Ignazio Cocchiere, un footballeur au parlement européen

Formé à l'Inter, l'Italien Ignazio Cocchiere a réussi à percer dans deux milieux ultra-compétitifs : le football professionnel et les institutions européennes. Chaque jour, le Lombard troque son "costard-mocassins" pour enfiler le combo "short-crampons" entre deux réunions. Rencontre à Bruxelles avec un gars qui a aussi bien croisé la route de Michèle Alliot-Marie que de Mario Balotelli.

Ignazio Cocchiere fait partie de la famille des gens qui portent une double casquette. Footballeur professionnel en D2 belge d'un côté, assistant parlementaire européen à Bruxelles de l'autre. A priori, deux activités qui n'ont rien à voir et qui semblent difficilement conciliables, ne serait-ce qu'au point de vue de l'emploi du temps. Pourtant, pour Ignazio, tout paraît facile, voire évident. "En réalité, j'adore être occupé. Au départ, quand je parle de mes deux activités, personne ne me croit, car être assistant parlementaire, c'est déjà très stressant, c'est beaucoup de travail. On a pas mal de responsabilités, car les députés européens voyagent tout le temps. C'est une question d'organisation, il suffit de bien gérer les deux", explique-t-il dans un français assuré, tout en sirotant un expresso dans son costard cintré.

Journées marathon et snacks


Natif de Varese, en Lombardie, Ignazio Cocchiere enchaîne les journées marathon. Le maître-mot : une organisation quasi militaire pour réussir à tout concilier. "Je me lève tôt, à 6h45, et à 8h au plus tard, je suis au travail. Grâce à cela, j'ai une meilleure hygiène de vie, je mange des légumes à la cantine du parlement au lieu de manger des snacks chez moi.Mon patron est hyper sympa, il me laisse une grande liberté pour pouvoir conjuguer les deux. À 16h, je vais à l'entraînement jusqu'à 18h, puis je retourne au bureau où je reste en général jusqu'à 21h, voire plus. En revanche, c'est clair, dès que je me pose, je m'écroule. Ce sont de grosses journées, mais ce sont deux choses que j'aime faire", assure-t-il. La partie football commence donc à 16h. Ignazio enfile son maillot et vient s'entraîner avec son club de l'Union Saint-Gilloise. "Quand tu t'entraînes deux heures par jour, tu as vraiment le temps de faire autre chose. Il y a de nombreux sportifs dans les autres disciplines qui y arrivent. Grâce à cela, j'ai une meilleure hygiène de vie, je mange des légumes à la cantine du parlement au lieu de manger des snacks chez moi."

Tu sais que tu suis le foot en Belgique quand...
Ces efforts quotidiens sont récompensés…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant