Identifiée, la bactérie tueuse résiste encore aux scientifiques

le
0
INFOGRAPHIE - Centrée sur la ville de Hambourg, en Allemagne, la mystérieuse épidémie s'étend en Europe, et des cas sont signalés aux États-Unis.

D'un côté, un bilan qui s'alourdit, au point que la Russie a décidé jeudi de suspendre les importations de légumes frais produits en Europe. De l'autre, une enquête qui repart à zéro ou presque, après l'abandon de la fausse piste des concombres, blanchis mercredi soir par la Commission européenne. La flambée de diarrhées et de syndromes hémolytiques et urémiques* qui a commencé en Allemagne début mai, est sans précédent en Europe par son ampleur.

Due à des colibacilles entérohémorragiques encore appelés sécréteurs de shigatoxine (STEC ou VTEC), cet épisode est aussi exceptionnel par le sérotype en cause, nommé O104:H4. «Avant l'épisode actuel, ce sérotype n'avait été identifié qu'une seule fois, en 2005, chez une femme de 29 ans en Corée du Sud», relève Patrick Fach, directeur de recherche à l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses). Jeudi, le Centre européen pour la prévention et le c

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant