Ibra et Di María éventrent Lyon

le
0
Ibra et Di María éventrent Lyon
Ibra et Di María éventrent Lyon

Face à des Lyonnais clairement incapables de rivaliser, Kevin Trapp a tenté d'entretenir le suspense en commettant une grossière erreur. Mais Ibra, Di María et compagnie étaient simplement bien trop forts.

Paris Saint-Germain



Trapp (3) : Comme son nombre de bourdes cette saison. En revanche, le marketing de SW7 va beaucoup trop loin en lui demandant de se planter pour que tout le monde ressorte les images de l'Admiral Ackbar.

Aurier (7,5) : Monsieur "pas de voyage à vide". Et vas-y que je t'emporte tout sur un tacle, et tiens que je te trace au sprint, et voilà que je te retombe dessus, et je te couronne le tout d'un but de la tête rageur. Clément Grenier en a pleuré des larmes de sang.

Thiago Silva (7) : Tantôt bourrin quand il faut dégager un ballon chaud, tantôt soyeux sur ses ouvertures. Double Dragon. Ah Alyssa Milano en blonde...

David Luiz (6) : À passé son match à essayer de se faire expulser, à grands renforts de mains sur les épaules et de petits coups. Las, Ruddy Buquet n'a pas exaucé son vœu. Et comme il n'a pas non plus réussi à mettre son coup franc, il était tout chagrin.

Maxwell (5) : Petite forme pour le Brésilien, timide offensivement à l'image de ses rares centres manqués et peu sollicité derrière. Peut-être jaloux de la chevelure de Rabiot.

Thiago Motta (6) : Contrairement à ses habitudes, il n'a pas eu le rayonnement escompté, touchant trop peu de ballons et parfois en retard sur ses interventions. Mais lorsqu'il a râlé après avoir mis une semelle, on a pu vérifier qu'il était toujours lui-même, même sans barbe. Remplacé par Marquinhos (88e), pour la prime de match.

Rabiot (7) : Ouais, il s'est fait siffler comme un cochon au moment de son remplacement par Marco Chouchou (70e), qui, lui, a été acclamé comme jamais à chaque ballon touché. Mais Adrien a - encore - fait un match des plus convaincants. S'il pouvait moins causer...

Matuidi (7,5) : Une prestation majuscule comme un pied de nez à l'actualité politique : Blaise Matuidi, fils de migrants ayant fui la guerre, français, grand joueur. Fier. Remplacé par Lucas (82e), meilleur joueur de foot pour du beurre du monde.

Di María (8) : Un hat-trick de passes décisives, une vision du jeu rare, des courses incroyables. C'était finalement pas si mal de recruter un fail de United, jurisprudence Kagawa.

Cavani (7) : Edinson a presque marqué du pied - du…




















Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant