IBM n'intéresse pas les grands fonds activistes-sources

le
0

par Nadia Damouni et Svea Herbst-Bayliss NEW YORK/BOSTON, 2 avril (Reuters) - Déçus par 11 trimestres consécutifs de baisse des ventes, certains des principaux actionnaires d'IBM IBM.N ont fait des appels du pied à des investisseurs activistes pour qu'ils viennent mettre la pression sur la direction du groupe mais ils ont essuyé des refus de Bill Ackman et de Jeffrey Ubben, selon des sources informées. IBM de son côté redoute un assaut de fonds spéculatifs et mandaté deux banques d'investissement pour mettre au point un plan de défense, ont indiqué ces sources. Le géant technologique, qui pèse quelque 160 milliards de dollars (147 milliards d'euros), est en pleine transition vers le "cloud" - l'informatique dématérialisée - et les services, des activités qui dégagent de plus fortes marges que les matériels sur lesquels il a bâti sa réputation et sa fortune. La nomination en 2012 de Virginia Rometty à la tête du groupe était censée accélérer cette évolution, l'ex-ingénieure des systèmes ayant supervisé dix ans plus tôt l'acquisition stratégique de PricewaterhouseCoopers Coopers Consulting. Mais les résultats n'ont pas suivi et IBM a dû retirer l'an dernier son objectif de résultats pour 2015. Depuis son record atteint en mars 2013, l'action de Big Blue a perdu 25%. Dans ce contexte, certains actionnaires tentent de persuader des investisseurs activistes, terreur des conseils d'administration américains, d'entrer au capital d'IBM pour proposer des moyens de faire remonter la valeur actionnariale, selon les sources qui ont demandé à ne pas être identifiées. WARREN BUFFETT DISSUASIF Pershing Square, le fonds de Bill Ackman, et ValueAct Capital de Jeffrey Ubben ont l'un et l'autre regardé le dossier mais décidé de ne pas s'y investir, ont-elles ajouté. Aucun commentaire n'a pu être obtenu auprès des deux fonds. Selon plusieurs sources, les fonds trouvent le titre trop cher et jugent par ailleurs que les difficultés structurelles du groupe ne peuvent pas être résolues en un tour de main. L'action a fini à 160,45 dollars jeudi, en hausse de 0,8% sur la séance. De surcroît, ajoutent-elles, les fonds sont d'avis que Virginia Rometty fit du bon travail dans l'ensemble et n'a donc pas le profil du dirigeant "sous-performant" que les investisseurs activistes aiment cibler. Le chiffre d'affaires d'IBM est tombé à 93 milliards de dollars en 2014, contre 107 milliards trois ans plus tôt. Le groupe a cédé pour quelque sept milliards de dollars d'actifs tout en investissement massivement dans de nouveaux domaines stratégiques. En février, il a dit viser un chiffre d'affaires annuel de 40 milliards de dollars dans le cloud, le big data (traitement de données), la sécurité et d'autres domaines en croissance d'ici 2018 ID:nL5N0W064H . Prié de commenter les informations de Reuters, IBM a réaffirmé jeudi sa stratégie et son souci d'une gestion de long terme. Selon deux des sources, il n'y a pas actuellement de contacts entre IBM et un investisseur activiste. Pour autant, le conseil d'administration se fait conseiller sur la politique à suivre en cas d'offensive d'un fonds. Berkshire Hathaway BRKa.N , la société de Warren Buffett, est l'un des principaux actionnaires de l'entreprise et le financier prend souvent la défense de la direction. Sa présence, notent les sources, est un autre élément qui dissuade les fonds activistes. ValueAct, relèvent-ils encore, siège au conseil d'administration de Microsoft MSFT.O qui est un concurrent d'IBM sur certains marchés. Une action du fonds de Jeffrey Ubben contre IBM pourrait ainsi constituer un conflit d'intérêt. (Avec la contribution de Liana Baker à New York, Véronique Tison pour le service français)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant