IBM France, un siècle de mue pour un mastodonte qui a failli mourir

le
0
IBM France, un siècle de mue pour un mastodonte qui a failli mourir
IBM France, un siècle de mue pour un mastodonte qui a failli mourir

IBM France fête mercredi son centenaire, jalonné de revirements stratégiques qui ont transformé le mastodonte de l'informatique en une entreprise de services, lui évitant la disparition mais réduisant par trois ses effectifs dans l'Hexagone depuis les années 1990.Les cent ans seront célébrés tout au long de l'année, mais IBM a arrêté symboliquement la date du 16 avril qui marque l'invention (en 1955) du mot "ordinateur" par un professeur de la Sorbonne, à la demande d'IBM France pour traduire "computer"."En 1914, IBM était une PME américaine qui essayait de travailler à l'international et lançait à Paris son premier bureau à l'étranger", résume à l'AFP Alain Bénichou, président d'IBM France depuis 2010.Pendant plusieurs décennies, International Business Machines - surnommé "Big Blue" - sera l'un des géants mondiaux de l'informatique et multipliera les innovations - machine à calculer, ordinateur central, langage informatique, disquette etc. Puis arrivent les années 1980, avec l'explosion du marché informatique et l'arrivée de concurrents plus flexibles.Les déficits s'accumulent pour IBM: "en 1992, on a eu une expérience de mort imminente. Mais elle a renforcé nos défenses immunitaires", estime M. Bénichou. L'entreprise commence alors une longue mue: "alors qu'elle ne faisait que des ordinateurs, elle est devenue une entreprise de services, de logiciels et d'immatériel".Aujourd'hui, les mots-clé sont "big data" et surtout "cloud computing" (informatique en nuage): "fin 2015, 45% de la dépense informatique en France sera dans le domaine du +cloud+, contre 5% aujourd'hui", fait valoir Alain Bénichou."Plus qu'une transformation c'est une révolution, nous sommes en train de changer complètement le métier des salariés. La moitié d'entre eux doit se consacrer à ces nouveaux domaines de l'entreprise digitale. On le fait en recrutant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant