IBM cède ses activités de fabrication de "puces" à GlobalFoundries

le
0
IBM cède ses activités de fabrication de "puces" à GlobalFoundries
IBM cède ses activités de fabrication de "puces" à GlobalFoundries

IBM a annoncé lundi la cession de ses activités de fabrication de puces au spécialiste des semi-conducteurs GlobalFoundries, une opération qui se traduit par une lourde charge qui réduit presque à néant son bénéfice net du troisième trimestre.Le groupe informatique américain a en effet accepté de payer 1,5 milliard de dollars à GlobalFoundries pour qu'il reprenne ces activités déficitaires. S'y ajoute dans les comptes d'IBM une dépréciation de ces actifs portant la charge totale à 4,7 milliards de dollars avant impôts (3,3 milliards de dollars net).Le bénéfice net pour le troisième trimestre, dont les résultats étaient également publiés lundi, s'est effondré en conséquence de 99,6% à seulement 18 millions de dollars, contre un peu plus de 4 milliards un an plus tôt.En vertu de l'accord conclu entre les deux groupes, GlobalFoundries va acquérir des usines et autres installations d'IBM situées dans le nord-est des Etats-Unis, ce qui en fera le 1er fabricant de microprocesseurs dans cette partie des Etats-Unis. Il va en outre récupérer un important portefeuille de brevets déposés par le vendeur.En outre, GlobalFoundries s'engage à fournir en exclusivité à IBM une gamme de microprocesseurs pour serveurs durant dix ans.Outre la fabrication de microprocesseurs, qui inclut les ex-PowerPC, des puces dont étaient autrefois équipés les ordinateurs d'Apple et également utilisées dans des consoles de jeux comme la Xbox de Microsoft, IBM va céder à GlobalFoundries son activité de "microélectronique commerciale", qui propose des composants optimisés pour des applications spécifiques.L'action IBM perdait plus de 8% après ces annonces dans les échanges électroniques précédant l'ouverture de Wall Street.Outre le coût de la cession, la PDG d'IBM, Ginni Rometty, évoque dans un communiqué un "ralentissement marqué en septembre des achats des clients".Cela s'est traduit entre autres par un recul de 4% du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant