IBeacon : une technologie au service de l'art à la Galerie Sakura

le
0
IBeacon : une technologie au service de l'art à la Galerie Sakura
IBeacon : une technologie au service de l'art à la Galerie Sakura

L'art à l'heure du numérique est une réalité. La Galerie Sakura, à Paris, offre la première expérience du genre en France. Pour le lancement de sa «Super Expo», la galerie parisienne s'est associée à une société française, Smart Beacon, qui développe un système Apple, le «Ibeacon», permettant de visiter une exposition en mode connecté. 

IBeacon est un système Wi-Fi que promeut Apple. Concrètement, c'est un système  «de transmetteurs à basse consommation énergétique et à bas coût qui peuvent notifier de leur présence, les fameux push», les périphériques iOS 7 les plus proches». La technologie «iBeacon» peut également être utilisée sous Android. 

Le résultat est simple : en vous promenant à proximité d'un musée ou dans notre cas une galerie, votre téléphone connecté peut ainsi recevoir des messages l'invitant à venir découvrir une exposition en cours. A l'intérieur de la galerie, vous téléchargez l'application de la Sakura et le même système vous «interpelle» à l'approche des oeuvres. Votre «smartphone» se transforme alors en audio-guide avec des informations supplémentaires sur la biographie de l'auteur ou le prix des oeuvres exposées. 

Visite connectée

Pour Brosso Ying,  de la société Smart Beacon se veut pédagogue. «IBeacon, c'est en gros un système qui utilise le «Bluetooth 4», il permet d'envoyer des messages directement sur les mobiles. L'idée c'est d'apporter de la valeur ajoutée à votre expérience dans l'exposition. Accéder à la biographie ou à d'autres information. La prochaine étape c'est une plate-forme où l'on aura les chiffres de fréquentation. Aujourd'hui, on table sur une distance de distance de 2 mètres mais le système peut être paramétrer pour toucher quelqu'un à une trentaine de mètres. L'un des principaux atouts de la technologie est sa très faible consommation d'énergie», justifie le «développeur». 

Matthieu Taravella, cofondateur de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant